L’Afrique crée le plus important marché unique au monde

Alors qu’un bloc économique est ébranlé, un autre démarre.  Le Royaume-Uni se sépare de l’Union européenne, l’Afrique s’unit dans le cadre d’un accord de libre-échange historique, ce qui en fait l’un des plus importants depuis la création de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Selon l’économiste Jeff Gable, l’Afrique devrait être soutenue et applaudie pour avoir choisi la collaboration quand le reste du monde choisit l’isolationnisme. En créant ce marché partagé entre 54 pays africains, la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) changera définitivement le visage du commerce africain et accélérera le développement économique du continent noir.

La décision de lancer le projet de zone de libre-échange continentale est prise en janvier 2012, lors de la 18e session ordinaire de la Conférence de l’Union africaine. Le 1er janvier 2021, la ZLECA est mise en place pour les pays ayant ratifié l’accord, alors que cette mise en place était initialement prévue pour le 1er juillet 2020, mais elle a été retardée à cause de la pandémie de Covid-19.

En bref, la ZLECA crée le 1er janvier 2021 un marché unique pour les biens et services, dans l’espoir de stimuler le commerce entre ses nations. L’Afrique a toujours eu un commerce intérieur faible. En 2017, les exportations intra-africaines représentaient 16,6 % des exportations totales, contre 68% en Europe et 59% en Asie.

Cette zone de libre-échange s’appuie sur les progrès réalisés par huit Communautés Économiques Régionales (CER) existantes, telles que le Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA) et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest ( CEDEAO). Ces CER ont joué un rôle déterminant dans la prévention des perturbations de l’approvisionnement alimentaire pendant la pandémie.

Dans son discours du jour de l’an, le président sud-africain Cyril Ramaphosa a évoqué son enthousiasme pour le nouveau partenariat: «Nous sommes à quelques heures de la naissance de la zone de libre-échange continentale africaine, qui changera fondamentalement le sort économique de notre continent. . C’est le début d’une nouvelle ère de commerce entre les pays africains… quand [le continent] réalisera son grand potentiel de ses abondantes ressources naturelles et humaines.»

L’accord commercial, qui couvrira un marché de 1,2 milliard de personnes et un PIB combiné de 3 billions de dollars, a été signé par 54 des 55 États membres de l’Union africaine; L’Érythrée n’a pas encore adhéré. Selon le Ministre de l’information érythréen , la position du pays est ancrée dans sa position historique en faveur de l’intégration régionale par rapport à ces aspirations continentales.

Ceci étant, en favorisant des niveaux plus élevés de commerce continental et en investissant les bénéfices dans des infrastructures améliorées, telles que des installations de transformation et de stockage, les économies africaines peuvent ajouter de la valeur à des produits comme le cacao sur le continent pour obtenir une prime, tout en créant de nouvelles opportunités d’emploi.

La Banque africaine de développement fait partie de ceux qui ont reconnu cette opportunité, investissant des milliards dans la création de zones spéciales de transformation agro-industrielle, dont 500 millions de dollars pour le Nigéria uniquement pour soutenir une plus grande intégration de la production et de la transformation.

Quoi qu’il en soit, il y a de grands espoirs pour l’accord. «Nous voulons éloigner l’Afrique de ce modèle économique colonial qui consiste à être perpétuellement un exportateur de matières premières destinées à être transformées ailleurs», s’est confié le premier secrétaire de la Zone de libre-échange continentale africaine, le Sud-Africain Wamkele Mene, un ancien employé de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) au Financial Times.

Reste maintenant a tuer le Franc CFA, M. Wamkele Mene …

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyrıght 2019 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

En continuant sans modifier vos paramètres de cookies, nous supposons que vous acceptez cela.
Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience de notre site.
Ok, J'accepte
Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience de notre site.
En continuant sans modifier vos paramètres de cookies, nous supposons que vous acceptez cela.
OK, j'accepte
Soyez informé!
Inscrivez-vous à notre Newsletter exclusive
Soumettre
Restez informé!
Inscrivez-vous à notre Newsletter exclusive
Soumettre