Un musicien zambien arrêté à cause de sa musique

À cause d’une chanson faisant allusion au Président zambien, le musicien Chama Fumba plus connu sous le nom de Pilato a été arrêté, enfermé puis accusé de conduite susceptible de troubler de la paix.

Pilato, dont le vrai nom est Chama Fumba, a sorti deux chansons : une intitulée A Lungu anabwela et une autre Tabalanda sana. Tous deux critiquent ouvertement le leadership du président Lungu.

Pilato, dont le vrai nom est Chama Fumba, a sorti deux chansons : une intitulée A Lungu anabwela et une autre Tabalanda sana. Tous deux critiquent ouvertement le leadership du président zambien Edgar Lungu.

Ce matin, Pilato est arrivé au commissariat central de la police de Lusaka en compagnie d’avocats et de sympathisants. Le musicien y a été interrogé, inculpé puis détenu à Lusaka, la capitale et la plus importante ville de Zambie. On accuse Pilato d’avoir diffamé le président Edgar Lungu dans sa chanson controversée. Pendant ce temps, la police à cheval antiémeute a tenté de disperser une foule qui était rassemblée devant le poste de police pour offrir sa solidarité au musicien.

Selon un des avocats de Pilato, l’artiste a choisi de garder le silence pendant l’interrogatoire et a déclaré qu’il ne serait pas intimidé par l’État, sa machine et ses partisans. Pilato a en outre lancé un appel à ses partisans à rester calme et avoir un esprit ouvert et se dit prêt à défendre sa position devant le tribunal.

Les défenseurs de la liberté de parole ont dénoncé l’arrestation du musicien.
Selon l’Institut des médias d’Afrique australe (MISA, Media Institute of Southern Africa), « la liberté d’expression est un droit fondamental dont doivent jouir tous les citoyens, indépendamment de leur origine et l’orientation politique tel que prévu dans la Déclaration universelle des droits de l’homme, qu’a ratifié la Zambie. »

La chanson en question A Lungu Anabwela est un remix d’A Phiri Anabwera, le premier single à être vendu à plus de 50.000 exemplaires en Zambie. Cette chanson est originellement de la légendaire star africaine Nashil Pichen Kazembe. Pilato l’a remanié avec ses propres paroles et raconte l’histoire d’un personnage nommé Lungu, un ivrogne, qui grandit dans un bidonville et devient président.

Edgar Lungu, 58 ans, assura la présidence de la Zambie alors que le président Michael Sata fut hospitalisé puis jusqu’à sa mort, il fut élu en janvier 2015 à la tête du pays membre du Commonwealth d’Afrique australe.

Un des avocats du musicien, Marshal Muchende a déclaré à des journalistes au poste de police que Pilato est accusé d’avoir produit une chanson qui a irrité un certain public. M. Muchende a en outre expliqué que la police a depuis refusé de libérer son client sous caution, offrant comme explication qu’ils traitent encore le dossier. L’avocat a également attesté qu’il a demandé à la police de porter l’affaire devant les tribunaux, de sorte qu’une demande de libération sous caution peut être faite en bonne et due forme.

Pendant ce temps, la MISA de Zambie a décidé de se joindre à la défense afin de protéger les idéaux de la liberté d’expression qui ont été attaqués directement suite à l’arrestation de l’artiste et se dit prêt a amener l’affaire dans les plus hautes instances juridiques du pays, la Cour suprême.

Auparavant, le chanteur Pilato s’était lui-même signalé à la police de Lusaka, après avoir été convoqué par celle-ci, dans le cadre d’une enquête. La convocation de Pilato fait suite à une plainte, déposée par des résidents de Lusaka qui estiment que la chanson du musicien tourne en ridicule le Président.

Le chanteur Pilato fait face à une peine maximale de six mois de prison ou une amende si reconnu coupable.

La Zambie a une histoire de conflits entre les musiciens et les politiciens — le chanteur Petersen a vécu un fait semblable. Pour sa chanson « Bufi », il fut sous la pression du gouvernement du défunt président Michael Sata.

Nouvelles similaires

  1. Joseph Benson Colo
    Juin 08, 2015 - 10:31

    Martelly l’aurait fait!ils sont tous des cons!

    Répondre
  2. Abdoulaye Diouf
    Juin 08, 2015 - 10:49

    Pourkw

    Répondre
  3. Holts Kenhory Quascej
    Juin 09, 2015 - 06:47

    Don kato serait déjà en prison Joseph Benson Colo

    Répondre
  4. Général Ib Beckhaml
    Juin 09, 2015 - 08:15

    A CAUSE DE SA MUSIC COMA …..?

    Répondre
  5. Djibril Sene
    Juin 09, 2015 - 11:04

    A cause de sa tête ouiiii!!! Mdrrr

    Répondre
  6. Louna Duvais
    Juin 09, 2015 - 01:53

    Lol Djibril Sene

    Répondre
  7. Kinson Moise
    Juin 09, 2015 - 02:24

    Ce n est pas extra,si la pensee degagee est anti sociale et anti progressiste

    Répondre
  8. Bréhima Diakité
    Juin 09, 2015 - 04:33

    Lâ hawla wa lâ quwwata illâ billâh-il-‘Aliyy-il-‘Adhîm. Allâhumma Iyyâka na’budu wa Iyyâka nasta’în … Il n’y a de force ni de pouvoir en dehors d’Allah, le Sublime, le Très-Haut. O Allah! C’est Toi que nous adorons, et c’est Toi dont nous implorons secours.

    Répondre
  9. Jonathan Joshua Prada
    Juin 09, 2015 - 04:52

    la démocrasie

    Répondre
  10. Junie Joberth Pierre
    Juin 09, 2015 - 05:34

    Rete!

    Répondre
  11. Olivier Sylvain
    Juin 09, 2015 - 11:32

    Nn nn je chante ce que je vx sur qui je vx mm si je c pas chanter

    Répondre
  12. Wiizy Sam OG
    Juin 10, 2015 - 12:08

    il parle mal

    Répondre
  13. Stever Zephirin
    Juin 10, 2015 - 12:57

    Peut on parler de liberté?

    Répondre
  14. Ace-ly Junior Jn
    Juin 10, 2015 - 04:51

    ca veux dire qu’il n’ont pas la liberte de penser ds ce pays la!!!smhhfff si c vre Marthely tap gentan fe bouche Don Kato nan Depo…

    Répondre
  15. Abdou Khadre Hanne
    Juin 10, 2015 - 12:11

    Com il né pa a rebeuss a koi sa nou concerne

    Répondre
  16. Adou Maiga
    Juin 10, 2015 - 01:07

    Sa été tjrs comme ça en Afrique.
    Tuer , arrêtez, châtier, seul ils savent faire.
    On peut tuer le Prophète, mais pas la prophétie.

    On ne peut pas tuer les idées.

    Il faut donner un sens à la vie humaine, essayé de traiter les hommes sur le même pied d’égalité.
    Le sens de l’intégrité .

    Les musiciens sont des accès à transmettre le message au pouvoir exécutif.

    Qu’Allah nous dirige sur le droit chemin, car nous autres son commander par laba, les charognards.

    il ya des dirigeants malhonnête et marionnette.
    Qu’Allah nous en préserve. Amiine

    Répondre
  17. Alvine Sabu
    Sep 02, 2016 - 04:34

    Humm ou est la démocratie!..

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.