Née en Espagne, la maire de Paris Anne Hidalgo qui se proclame féministe ne voit pas d'un bon œil qu'un pan du festival NYANSAPO soit réservé aux femmes noires.

Paris: Malaise face à un festival afro-féministe

Devant l’annonce du premier Festival NYANSAPO à Paris, un événement afro-féministe destiné majoritairement aux femmes noires, Anne Hidalgo, la mairesse de la Ville lumière, s’est offusqué que les Blancs en soient tenus à l’écart et a initialement tenté l’interdiction de l’inauguration du festival problack.

Née en Espagne, la maire de Paris Anne Hidalgo qui se proclame féministe ne voit pas d'un bon œil qu'un pan du festival NYANSAPO soit réservé aux femmes noires.

Née en Espagne, la maire de Paris Anne Hidalgo qui se proclame féministe ne voit pas d’un bon œil qu’un pan du festival NYANSAPO soit réservé aux femmes noires.

Hier, dans une série de tweets en furie contre le festival qui fait l’éloge du féministe noir, la première maire de Paris a demandé son annulation et annonçait qu’elle allait « saisir le préfet de police en ce sens » en plus de se réserver la possibilité de poursuivre les initiateurs de ce festival pour discrimination! Pourtant, le cœur de la socialiste penche bien pour le féminisme.

La mairie de Paris ne voit rien d’outrager dans son partenariat avec un festival de films lesbiens, uniquement réservé aux femmes. De plus, en octobre 2013, au cours d’une émission télévisée, Mme Hidalgo déclare avoir de la bienveillance pour le groupe radical féministe ukrainien Femen, et va jusqu’à les trouver émouvantes. Peut-être que ce penchant pour les acquis des femmes n’est qu’eurocentrique, à peu près comme la vision humanitaire du dramaturge Victor Hugo?

C’est ce que les prétendus bien-pensants font. Ils pèsent du même poids l’oppresseur et l’oppressé. Évidemment  qu’un festival problanc serait, et avec raison, taxé de raciste, xénophobe. Tous savent bien que ces groupes se mobilisent pour discuter du racisme décomplexé, de l’homogénéité, du  refoulement de l’autre. À défaut de cela, c’est dignement que ces femmes noires se réuniront pour parler solidarité et résistance dans un système qui les résistent.

Comme solution entre l’État français qui a vu des millions d’esclaves Noirs nés dans ses colonies et le collectif Mwasi, créé en 2014 par un groupe d’Africaines et Afrodescendantes, initiateur du festival NYANSAPO , le choix a été fait que les éléments du festival réservé aux non-Blancs se tiendront dans un espace privé. L’an dernier cette solution a été empruntée lorsque le même collectif a lancé le camp d’été « décolonial ».

Selon les organisatrices du festival, NYANSAPO est un symbole visuel créé par les Akans du Ghana, un  adinkra qui se traduirait par noeud de la sagesse, ingénuité, intelligence. La soirée d’ouverture du festival afro-féministe NYANSAPO se tiendra le 28 juillet 2017 avec une table ronde ouverte à tous, titrée:  De la marge au centre: Nounous, femmes de ménage, aide soignantes, résistance face à l’exploitation du travail.

Pour les ateliers réservés uniquement aux femmes noires, des thèmes plus  intimes seront abordés : Nos cheveux sont politiques, Comprendre le racisme et le sexisme contre les femmes noires,  Penser des solidarités radicales entre les femmes trans et cis dans des contextes afroféministes en France, Afroféminisme et lutte contre l’islamophobie…  Et pour clore le festival,  le 30 juillet, une table ronde ouverte à tous : Nos perspectives d’organisation pour un afroféminisme révolutionnaire.

Gratuit, 80% du Festival NYANSAPO est donc réservé aux premières concernées de ce rassemblement militant, la femme noire.

Nouvelles similaires

  1. Claire Gaillard
    Mai 30, 2017 - 05:42

    Le.probleme de festival ou d événement réservé à une couleur..ce n est.pas tant qu il.soit dédié aux personnes noires ou pas c est qu elles soient interdites aux gens qui n ont pas cette couleur… et ca c est une discrimination..que.ce soit dans un sens ou dans un autre..

    Répondre
    • Chris Lefranc
      Mai 30, 2017 - 04:10
    • Hekanafoore Header
      Mai 30, 2017 - 04:22

      Toi ta rien a dire chacun sa Communauté..degage de la toi..occuper vous de vos affairs..Claire

      Répondre
    • Claire Gaillard
      Mai 30, 2017 - 04:30

      Ben non justement comment peut on prendre conscience des choses si on ne partage pas les experiences des uns et des autres.. je n aime pas le communautarisme car cela appelle à un repli sur soi.. personne ne parle d apartheid.. Chris Lefranc je dis juste qur l interdiction à une partie de la population par sa couleur, religion ou quoi ca n a aucun sens..

      Répondre
    • Isou Dw
      Mai 30, 2017 - 04:52

      Je n’ai pas lu l’article mais je suis d’accord avec toi sur le principe.

      Je pense cependant que c’est une stratégie des représentants des minorités qui souhaitent que puissent s’exprimer et soient entendues les premières victimes de la situation dénoncée.

      Ça évite de tomber dans les méandres de situation hors sujet

      Répondre
    • Kirsten Kitou
      Mai 30, 2017 - 10:24

      Faut bien lire les différents articles et se ne sont pas tout les thèmes de cette organisation qui sont réservés aux femmes noires… Il y a des thèmes que les femmes noires préfèrent parler entre eux ou est le pbe ?? Le bal des débutante c pas de la discrimination ? ?? Et on dit rien et plein d autres encore. .. Donc pourquoi la ça gêne. .. Les médias aiment bien mettre des pbes la ou il y en a pas … lisez les différents articles

      Répondre
  2. Ugo Gil Jimenez
    Mai 30, 2017 - 05:48

    Surtout après la lente digestion du symbole de l’apartheid….mais peu importe, l’insolence volontaire en occident n’est que l’aveu d’une identité en peine .

    Répondre
  3. Franck
    Mai 30, 2017 - 02:26

    Et si c’était un festival de femmes juives…l’aurait-elle interdite? 🙂

    Répondre
  4. Viie AimeLesgens
    Mai 30, 2017 - 03:13

    Hidalgo n’a qu’allé voir ailleurs et foutre la paix aux gens.

    Répondre
  5. Xavier Boulanger
    Mai 30, 2017 - 03:52

    Guillaume Finoël for your information

    Répondre
  6. Ludovic Epanya
    Mai 30, 2017 - 04:03

    Hidalgo combat la negrophobie ??? Je pense que non

    Répondre
  7. Kathleen Laurol
    Mai 30, 2017 - 05:34

    C’est marrant mais il me semble que les Molieres n étaient pas exactement mixtes et je ne vois personne les interdire. Pareil pour le medef, les victoires de la musique il y a encore peu ou les Cesafs

    Répondre
  8. Dons Hall Nomade Tribes
    Mai 31, 2017 - 06:05
  9. Mackenzie Fack
    Mai 31, 2017 - 08:46

    Quand il s’agit des noirs,tous les cerveaux etteint s’allument mais curieusement le CRIF fait son dîner qui est d’abord destiné aux juifs mais la curieusement les donneurs de leçons deviennent muet;les femmes noires ont bien le droit de faire leur festival n’en deplaise

    Répondre
  10. Kossi Sephorien Ounda
    Mai 31, 2017 - 09:11

    Combien de noir ont des rôles principaux dans des films français?Combien de noir aux Molières?Combien de noir dans le gouvernement français?Combien de noir récompensé au César?Combien de noir occupe des postes importants dans les banques et les médias français?On aime pas les noirs mais par contre on aime les contrôler et contrôler tout ce qui vient d’eux.Pour une fois qu’un spectacle est réservé qu’aux noirs,ces gens crient au scandale. STOP à la foutaise!Que ce qui n’est pas valable pour eux ne le soit pour les noirs.Ces gens n’ont pas besoin d’être constamment dans nos affaires.Ils veulent tellement tout controler que même lorsqu’il s’agit l’emission NBA extra ou des docs sur des légendes noirs, ce sont encore euc qui gèrent,qui animent.Laissez les noirs tranquille avec leur leur spectacle merci!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Share