En 2004, Mebrahtom Keflezighi remporte la médaille d'argent du marathon olympique des Jeux d'Athènes derrière l'Italien Stefano Baldini, offrant aux États-Unis la première médaille olympique dans cette épreuve depuis Frank Shorter lors des Jeux de Munich en 1972.

Meb Keflezighi permet aux États-Unis de remporter le Marathon de Boston après plus de 30 ans

Un an après l’attentat qui a tué trois personnes et fait plus de 260 blessés, Meb Keflezighi remporte le marathon de Boston, une victoire qui avait échappé à tous Américains depuis les trente dernières années.

Mebrahtom Keflezighi n’est pas sans expérience. Érythréen, naturalisé américain en 1998 son curriculum vitae comprend le titre du Marathon de New York en 2009 et une médaille d’argent aux Jeux olympiques de 2004 à Athènes terminant derrière l’Italie et offrant aux États-Unis la première médaille olympique dans cette épreuve depuis 1972.

Courant seulement deux semaines avant son 39e anniversaire, il avait les noms des victimes de 2013 sur ​​son dossard.

En 2004, Mebrahtom Keflezighi remporte la médaille d'argent du marathon olympique des Jeux d'Athènes derrière l'Italien Stefano Baldini, offrant aux États-Unis la première médaille olympique dans cette épreuve depuis Frank Shorter lors des Jeux de Munich en 1972.

En 2004, Mebrahtom Keflezighi remporte la médaille d’argent du marathon olympique des Jeux d’Athènes derrière l’Italien Stefano Baldini, offrant aux États-Unis la première médaille olympique dans cette épreuve depuis Frank Shorter lors des Jeux de Munich en 1972.

« Vers la fin, je n’arrêtais pas de penser, Boston force. Boston force, » se confie-t-il. « Je me disais : donne tout ce que tu as. »

M. Keflezighi a complété les 42,195 kmdu marathon de Boston en y inscrivant un record personnel de 2 heures, 8 minutes, 37 secondes. Il a résisté aux assauts du puissant Kenyan Wilson Chebet, qui a terminé 11 secondes derrière lui.

Après avoir franchi le ruban, l’homme qui a atteint les États-Unis à l’âge de douze ans, passant par l’Italie en provenance d’Érythrée, a fondu en larmes après avoir franchi la ligne d’arrivée, pour se drapé dans le drapeau américain.

« Je suis béni d’être un Américain et que Dieu bénisse l’Amérique et Dieu bénit Boston pour cette journée spéciale », a déclaré Meb Keflezighi.

La Kenyane Rita Jeptoo a défendu avec succès son titre en fracassant le record féminin du marathon avec un temps de 2 heures 18 minutes et 57 secondes. Elle est triple championne du marathon de Boston. Elle a aussi conquis les marathons de Stockholm, Milan et Chicago. « Je suis venu ici pour soutenir les gens de Boston et de leur montré que nous sommes ici ensemble, » soutient-elle.

Ernst van Dyk, d’Afrique du Sud a remporté la division en fauteuil roulant les.L’homme de41 ans a traversé le parcours en 1 heure, 20 minutes,36 secondes.

Le marathon de Boston est une course de 42,195 km empruntant chaque année depuis 1897 les rues de Boston, habituellement le troisième lundi d’avril. C’est le plus vieux marathon annuel au monde qui a fêté sa 118e édition en 2014.

L’année dernière, le lundi 15 avril 2013 une attaque terroriste déconcertante y a eu lieu. Une première explosion a détonné vers 14 h 50 à quelques mètres seulement de la ligne d’arrivée. À cet instant, la majorité des quelque 27 000 participants ont d’ailleurs déjà franchi la ligne d’arrivée. Les vainqueurs de l’épreuve, Lelisa Desisa chez les hommes et encore la formidable Rita Jeptoo chez les femmes, ont terminé leur course depuis plus de deux heures. Treize secondes après la première explosion, une deuxième déflagration a lieu à quelques dizaines de mètres seulement, toujours sur Boylston Street.

L’enquête suit des pistes très différentes : terrorisme international, extrémistes américains, acte isolé.

Le 17 et le 18, on apprend que la police possède des images claires d’un, puis de deux suspects déposant les bombes, grâce à des vidéos de surveillance. Ces photos sont ensuite publiées par le FBI, ce qui permet d’identifier deux jeunes personnes aux origines tchétchènes : les frères Djokhar et Tamerlan Tsarnaïev.

Comme c’est souvent le cas, et particulièrement lorsqu’il s’agit d’un évènement dramatique aux États-Unis, des théories du complot apparaissent, relayées facilement par Internet. Selon des médias, il pourrait s’agir d’attentats sous fausse bannière, une hypothèse apparut d’ailleurs à plusieurs reprises sur certains sites d’information. La branche information de Yahoo! en ligne demanda “Qui est derrière l’attentat de Boston ?” et offrit quatre théories: 1) des djihadistes islamistes, 2) des milices type extrême-droite, 3) le gouvernement, 4) un loup solitaire psychopathe.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.