People march to legalise abortion

People march to legalise abortionStaff ReporterSEVENTY thousand people in Namibia have put their signatures to a petition that implores the government to do away with archaic abortion laws in Namibia.A multitude of people on Saturday marched from the Katutura State Hospital to Zoo Park in Windhoek to garner even more support for their campaign to legalise of abortion. One of the organisers of the march, Beauty Boois stated that the purpose of the petition is to express a collective plea to legalize abortion in Namibia as well as to display, by way of petition, that thousands of Namibians, Namibian women, in particular, have a similar desire.The petition was handed to ministries of health, justice, youth, gender, the youth advisor of the Office of the President and the parliament secretary. The petition so far has gathered the signatures of 70 000 people.She added that as equal citizens of Namibia with Human Rights, women deserve to be heard and to practice autonomy over their own bodies. When it comes to his views on legalizing abortion in Namibia, the President of the Namibian Nation is quoted in local media saying, “One day, we have to pass the law to legalise abortion. People are dying because they have to go to dark corners. So, whether it is legal or not, people are doing it,” when asked whether the government would consider legalizing abortion in Namibia. Reverberating the president sentiments, Boois added that Namibian women are left with no choice but to break the law in order to practice their right of choice, but they are also risking their lives, health, and wellbeing in order to obtain illegal abortions. "This puts Namibian women at risk, due to the fact that about 500 women die every year because of illegal abortions, adding onto the threat against their wellbeing posed by other social issues such as Gender-Based Violence and Sexual Gender-Based Violence in the country; which are at alarmingly high rates," Boois said. She further argued that the right to be able to access legal abortion in Namibia should be accompanied by education of matters relating to Sexual Health and Reproductive Rights as well as consent in order to prevent unwanted pregnancies, baby dumping, and encourage safe, legal abortions in the Namibian nation. "Counseling and Support Structures will also need to be implemented in order to empower Namibian women, who are considering or have undergone abortion with the necessary guidance and support to make well-informed decisions and freely practice rights and freedom of autonomy over our own bodies.Namibia is currently operating under the Abortion and Sterilization Act of South Africa (1975), which was developed during the apartheid era, which is an indication that the Act was never created for Namibians, by Namibians and in consideration of Namibian social issues as well as Namibian people in general. We hope that a new Act can be developed for Namibians, by Namibians and that this petition results in the legalisation of abortion in Namibia" Boois stated. LEGALIZE ABORTION: Concerned Namibians over this weekend raised their concerns on reproductive health rights and called for the legalisation of abortion.

Posted by Informanté on Sunday, July 19, 2020

Marche en Namibie pour la légalisation de l’avortement

L’Afrique est l’une des zones les plus restrictives en matière d’avortement. La zone est dominée par une illégalité de l’avortement avec l’exception de la Tunisie, de la Guinée-Bissau et de l’Afrique du Sud. Certains Namibiens désirent bien rejoindre le rang des pays ouverts à cette pratique.

Cofondé par Beauty Boois ,Voices for Choices and Rights Coalition a lancé une pétition en ligne pour légaliser l’avortement en Namibie le 11 juin 2020. La pétition a depuis recueilli plus de 60000 signatures et demande le droit d’accéder à un avortement légal en Namibie, accompagnée d’une éducation relative à la santé sexuelle et aux droits en matière de procréation pour prévenir les grossesses non désirées, le dumping de bébés et encourager les avortements légaux en toute sécurité.

Le samedi 18 juillet 2020, des manifestants pro-choix se sont dirigés au Zoo Park de Windhoek en Namibie pour exiger la légalisation de l’avortement et le renforcement des droits des femmes en matière de santé reproductive.

Selon les organisateurs de la Voices for Choices and Rights Coalitiontrop de femmes namibiennes ont perdu la vie en raison directe d’avortements illégaux risqués. Les femmes n’ont pas accès aux soins de santé après un avortement,  un avortement peut-être raté, dangereux et sûrement illégal.

Le samedi 18 juillet 2020, des manifestant.e.s namibiens sont descendus dans la rue pour aussi exiger la légalisation de l’avortement et un renforcement des droits des femmes en matière de santé reproductive. Dans cette marche de 5.7 km, on pouvait entendre des cris de ralliement : « My vagina, my choice, mind your own womb, legalize abortion now (mon vagin mon choix, mêlez-vous de votre propre matrice, légalisez l’avortement maintenant).»

La marche qui suggérait un habit rouge pour les manifestant.e.s a commencé à l’hôpital d’État de Katutura pour se clore au Zoo Park, un point focal de la vie sociale de la capitale Windhoek où plusieurs intervenants se sont adressés à la foule. L’une des organisatrices de l’événement, Hildegard Titus, a déclaré que la marche avait débuté à l’hôpital de Katutura, car elle est la plus grande et réputé de la Namibie où la densité de la population est la plus faible d’Afrique et avant-dernière au monde.

« C’est un endroit symbolique qui fournit des soins de santé au public, mais n’offre pas d’avortements », a-t-elle déclaré.

En vertu de la loi namibienne sur l’avortement et la stérilisation de 1975, hérité de son voisin l’Afrique du Sud, les avortements sont illégaux pour les femmes et les filles, sauf dans les cas tels que le viol, l’inceste ou lorsque la vie de la mère ou de l’enfant est en danger.

L’année dernière, dans le but de réduire le taux endémique d’avortements, le ministère de l‘Égalité des sexes de Namibie légiférait pour décriminaliser l’abandon de bébés. Le pays qui connait le quatrième plus haut taux de suicide d’Afrique prévoyait des centres d’accueil de circonstances, dont les hôpitaux, les bureaux de police ou d’autres lieux sécurisés pour les bébés abandonnés.

L’organisation a déclaré samedi que l’accès à l’avortement doit être un service de santé essentiel et que continuer à utiliser des lois archaïques de l’époque de l’apartheid en Namibie porte atteinte aux droits fondamentaux de la santé des femmes namibiennes.

« Les avortements pratiqués dans les rues dans des conditions dangereuses sont la principale cause de mortalité maternelle dans le monde et sont complètement évitables », émet l’organisation.

La lettre et la pétition pour légaliser l’avortement en Namibie ont été rédigées en collaboration par Beauty Boois et la militante pour les droits LGBT+ Ndiilokelwa Nthengwe. La lettre a été cosignée par des membres de la coalition, qui comprend Out-Right Namibia, le Young Feminist Movement of Namibia, Power Pad Girls, Slut-Shame Movement, I Am Not Next Namibia, l’Association of Medical Students of Namibia et l’Organisation de solidarité pour la sensibilisation à la santé mentale.

La manifestation de samedi a été diffusée pour ceux qui n’ont pas pu participer en raison de restrictions liées à la COVID-19.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyrıght 2019 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share
En continuant sans modifier vos paramètres de cookies, nous supposons que vous acceptez cela.
Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience de notre site.
Ok, J'accepte
Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience de notre site.
En continuant sans modifier vos paramètres de cookies, nous supposons que vous acceptez cela.
OK, j'accepte
Soyez informé!
Inscrivez-vous à notre Newsletter exclusive
Soumettre
Restez informé!
Inscrivez-vous à notre Newsletter exclusive
Soumettre