Pirates somaliens

Les pirates des mers en Somalie

Pirates somaliens

Pirates somaliens

La piraterie au large des côtes de la Somalie a été une menace pour la navigation internationale depuis le début de la guerre civile somalienne au début du 21 siècle.

Depuis 2005, plusieurs organisations internationales, notamment l’Organisation maritime internationale et le Programme alimentaire mondial, se sont inquiétées de la monté des actes de piraterie maritimes.

La piraterie a contribué à une augmentation des coûts d’expédition et entravé l’acheminement des livraisons d’aide alimentaire. Quatre-vingt-dix pour cent des livraisons du programme alimentaire mondial arrivent par la mer et les navires ont maintenant besoin d’une escorte militaire. Selon le ministre des Affaires étrangères du Kenya, la Somalie a reçu plus de 150 millions de dollars de rançon au cours des 12 mois précédant novembre 2008.

Des données précises sur la situation économique actuelle en Somalie sont rares, mais on estime que le PIB par habitant de 600 dollars par an, il demeure l’un des pays les plus pauvres du monde. Des millions de Somaliens dépendent de l’aide alimentaire et en 2008, selon la Banque Mondiale, 73 % de la population vivait avec un revenu quotidien inférieur à 2 ces facteurs et le succès de nombreuses opérations lucratives de détournement ont attiré un certain nombre de jeunes hommes vers les groupes de pirates, dont la richesse et le pouvoir les propulsent vers l’élite économique et sociale locale.

Abdi Farah Juha qui vit à Garoowe (100 miles de la mer) a déclaré à la BBC, «Ils ont l’argent, ils ont du pouvoir et qu’ils se renforcent de jour en jour. […] Ils ont marié les plus belles filles; ils construisent grandes maisons, ils ont des voitures neuves; nouveaux canons.

La plupart des pirates sont âgés de 20-35 ans et viennent de la région du Puntland, en Somalie, nord-est. On estime qu’il ya au moins cinq gangs de pirates et un total de 1.000 hommes armés. D’après un reportage de la BBC, les pirates peuvent être divisés en trois catégories principales :

* Pêcheurs locaux somaliens, considérés comme les cerveaux des opérations en raison de leur compétence et leur connaissance de la mer. La plupart pensent que les bateaux étrangers n’ont pas de droit de naviguer près de la cote et détruisent leurs bateaux.

* Ex-miliciens qui se battaient pour les seigneurs de guerre des clans locaux, utilisés comme muscle.

* Des experts techniques qui exploitent les équipements comme les appareils GPS.

Également, les chalutiers illégaux ont commencé à pêcher dans les eaux de la Somalie, et une somme estimée à 300 millions de thon, crevettes et homard sont prises chaque année et appauvrit les stocks qui étaient disponibles aux pêcheurs locaux.

Grâce à l’interception avec des vedettes, des pêcheurs somaliens essayés de dissuader les chalutiers ou de prélever une « taxe » pour compensation. Dans une interview, Sugule Ali, l’un des leaders des pirates a expliqué : « Nous ne nous considérons pas comme des bandits de la mer. Nous considérons que les bandits de la mer sont ceux qui illégalement prennent du poisson et font du vidage dans nos mers. »

Peter Lehr, un expert de la piraterie en Somalie à l’Université de St. Andrews affime: «C’est presque comme un échange de ressources, des Somaliens ont recueillit jusqu’à 100 millions de dollars par an à partir de rançons de la piraterie au large de leurs côtes et les Européens et les Asiatiques empochent environ 300 millions de dollars par an dans les eaux somaliennes en poissons. « 

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.