À la Commission des droits de l'homme de l'ONU, Cuba était toujours l'objet de critiques pour violations des droits de l’Homme. Sur ce point, Cuba a dénoncé une « manipulation » de la part du gouvernement américain : les résolutions condamnant Cuba étaient présentées par les États-Unis et leurs alliés, et votées à une courte majorité, sous pression du gouvernement américain selon Cuba

Les Cubains pourront désormais vendre et acheter leurs maisons et véhicules

À la Commission des droits de l'homme de l'ONU, Cuba était toujours l'objet de critiques pour violations des droits de l’Homme. Sur ce point, Cuba a dénoncé une « manipulation » de la part du gouvernement américain : les résolutions condamnant Cuba étaient présentées par les États-Unis et leurs alliés, et votées à une courte majorité, sous pression du gouvernement américain selon Cuba

À la Commission des droits de l'homme de l'ONU, Cuba était toujours l'objet de critiques pour violations des droits de l’Homme. Sur ce point, Cuba a dénoncé une « manipulation » de la part du gouvernement américain : les résolutions condamnant Cuba étaient présentées par les États-Unis et leurs alliés, et votées à une courte majorité, sous pression du gouvernement américain selon Cuba

Le Gouvernement communiste de Cuba va autoriser l’achat et la vente de maisons et de voitures avant la fin de l’année, par le biais d’une nouvelle politique qui permettra d’éliminer les restrictions et simplifier les procédures exigées des Cubains qui veulent vendre leurs propriétés.

Dans ce sens, le gouvernement cubain permettra à des résidents étrangers et aux Cubains qui ont déménagé à l’étranger d’acheter et de vendre des maisons et des voitures d’ici la fin de l’année selon la déclaration du Parti Communiste vendredi.

Le Conseil des ministres a pris la décision la semaine dernière, en cherchant à appuyer les recommandations d’ordre économique faites par le récent congrès du Parti communiste.

Cette nouvelle politique a été conçue pour simplifier les étapes nécessaires pour acheter et vendre des biens et minimiser les restrictions existantes en la matière que pendant des années a conduit à d’innombrables infractions.

Les nouvelles mesures ont été débattues il y a quelques jours lors d’une réunion du Cabinet présidé par le président Raul Castro.

Raul Castro a longtemps insisté sur la nécessité d’une réforme économique dans le Cuba communiste, en particulier pour renforcer le secteur privé. Il voit cela comme la meilleure façon de surmonter les graves difficultés financières qui affectent actuellement le pays.

L'économie de Cuba est largement contrôlée par l'état, c'est une économie dont la planification centrale est supervisée par le gouvernement cubain, bien que d'importants investissements étrangers ainsi que des entreprises privées existent dans l'île.

L'économie de Cuba est largement contrôlée par l'état, c'est une économie dont la planification centrale est supervisée par le gouvernement cubain, bien que d'importants investissements étrangers ainsi que des entreprises privées existent dans l'île.

L’achat et la vente de maisons seront essentiellement légalisés, et certains règlements seront assouplis ou modifiés de sorte que les Cubains et les résidents étrangers permanents pourront maintenant échanger, donner ou vendre leurs biens. Également, des partenaires, anciens partenaires, ou mêmes parents éloignés pourront léguer leurs demeures à condition qu’ils aient vécu de manière permanente avec le propriétaire pendant cinq ans dans ladite propriété.  

Par contre, un principe sera maintenu, celui qui spécifie qu’une personne ne peut détenir plus d’un logement.

En ce qui concerne les automobiles, les Cubains et les résidents permanents étrangers seront autorisés à acheter ou les vendre ou les donner, et seront en mesure d’acquérir plus d’un véhicule.

Jusqu’à présent, la Loi cubaine spécifie que seuls les véhicules faits avant 1959 peuvent être vendus, et afin d’acheter une nouvelle voiture, les Cubains ont besoin de l’autorisation du gouvernement.

Sera également obsolète, la loi qui exigeait qu’avec l’autorisation d’une acquisition d’un nouveau véhicule, le Cubain dût donner leur ancienne automobile à l’État ou encore le remettre à la casse. Lors de la réunion du Cabinet de cette semaine, selon Granma, le président a fait un appel urgent afin d’adopter ces réformes économiques avec lesquelles il cherche à sortir Cuba de son marasme économique chronique.

« Les accords du Congrès ne seront pas laissés dans un tiroir » selon le président Raul Castro.

Raul Castro a insisté sur la nécessité de continuer à réduire les coûts et stimuler la production alimentaire de la nation. Cuba dépense plus de 1 milliard $ par an sur les aliments importés en raison de la faible productivité agricole nationale.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Share