Ancien gouverneur de Lusaka dans les années 1990 et membre du parti au pouvoir (le MMD)2, Michael Sata quitte ce dernier pour rentrer dans l'opposition et y fonder le Front patriotique (PF). C'est sous la bannière de celui-ci qu'il se présentera à quatre reprises à l'élection présidentielle, remportant la magistrature suprême en 2011.

Le prochain sommet du COMESA boycotté par le président de la Zambie

Le président de la Zambie nouvellement élu le 23 septembre 2011, Michael Sata «King Cobra» boycottera le prochain sommet du Marché commun de l’Afrique orientale et austral et de l’Afrique du Sud (COMESA) qui sera accueillie par le Malawi du 14 au 15 octobre 2011. Précédemment, le président du Malawi, Bingu wa Mutharika l’avait proclamé immigrant illégal en terre malawite.

Ancien gouverneur de Lusaka dans les années 1990 et membre du parti au pouvoir (le MMD)2, Michael Sata quitte ce dernier pour rentrer dans l'opposition et y fonder le Front patriotique (PF). C'est sous la bannière de celui-ci qu'il se présentera à quatre reprises à l'élection présidentielle, remportant la magistrature suprême en 2011.

Ancien gouverneur de Lusaka dans les années 1990 et membre du parti au pouvoir (le MMD)2, Michael Sata quitte ce dernier pour rentrer dans l'opposition et y fonder le Front patriotique (PF). C'est sous la bannière de celui-ci qu'il se présentera à quatre reprises à l'élection présidentielle, remportant la magistrature suprême en 2011.

Michael Sata, à la tête du plus grand producteur de cuivre de l’Afrique, s’est fait élire après quatre tentatives au scrutin. Pendant la campagne électorale de 2006, il se positionne en alléguant que le président zimbabwéen Robert Mugabe n’a rien fait de mal. « Ce sont les impérialistes, ceux qui prennent la route capitaliste, qui disent qu’il est un scélérat. » En 2008, affirmait qu’il révoquerait les licences des investisseurs étrangers s’ils résistaient à donner au moins une participation de 25 % de leurs entreprises aux Zambiens.

L’avocat de M. Michael Sata, Ralph Kasambara a confirmé la position du leader de 74 ans au Nyasa Times, un site de nouvelle en ligne malawite en affirmant que le chef d’État zambien a en effet indiqué qu’il ne sera pas du voyage pour assister au sommet du COMESA qui discutera des investissements commerciaux des entreprises.

Le COMESA (Common Market for Eastern and Southern Africa) est une organisation internationale à vocation régionale de l’Est africain dont l’objectif est de créer une union douanière entre ses vingt pays membres. Ce marché commun, fondé en décembre 1994 pour renforcer un accord de libre-échange en place depuis 1981, regroupe une population totale de 340 millions d’habitants et a un produit intérieur brut total de 170 milliards US $ en 2006.

« Le président de la Zambie, Michael Sata, ne participera pas au sommet du COMESA qui se prendra part au Malawi parce qu’il a été déclaré immigrant indésirable », a déclaré M. Kasambara.

« Après une discussion avec le président Sata, il m’a informé qu’il n’ira pas au Malawi, ni n’enverra de représentants au sommet », ajoute M. Kasambara.

Lors du sommet des chefs d'État du Comesa, tenu à Nairobi les 22 et 23 mai 2007, Mwai Kibaki a pris la présidence tournante de l’organisation et Robert Mugabe est devenu vice-président.

Lors du sommet des chefs d'État du Comesa, tenu à Nairobi les 22 et 23 mai 2007, Mwai Kibaki a pris la présidence tournante de l’organisation et Robert Mugabe est devenu vice-président.

Le 15 mars 2007, M. Sata a été arrêté à l’aéroport international de Chileka à Blantyre, une ville du Malawi et la capitale de la Région Sud, sur ordre du président Mutharika quand il s’est déplacé au Malawi pour s’entretenir avec l’ancien président M. Bakili Muluzi.

Selon M. Kasambara, aucune raison n’a été donnée pour son arrestation, et il aurait été détenu pendant plusieurs heures au poste de police de Blantyre, où il a été déclaré persona non grata. Persona non grata du latin signifiant littéralement « personne n’étant pas la bienvenue », abrégé sous le sigle PNG, est une locution utilisée en diplomatie avec un sens juridique précis aussi en usage dans le langage courant. Dans le langage courant, dire d’une personne qu’elle est persona non grata revient à l’ostraciser.

Après cet incident, il a ensuite été conduit 500 kilomètres plus loin et déposé à Chipata, à la frontière du Malawi et de la Zambie. M. Sata a poursuivi le gouvernement du Malawi pour diffamation et détention illicite.

Dans une déclaration sous serment de la cause 142 obtenue, par le Nya Times le policier qui répond au nom de Justin Magaleta a déclaré que les policiers n’ont aucunement maltraité M. Sata pendant le déplacement de Blantyre à Chipata.

« M. Sata, qui était un fumeur, fut autorisé à fumer dans le véhicule », a déclaré l’agent Magaleta au casier judiciaire. M. Magaleta affirme que lui et un autre officier nommé Emmanuel Jere ont traité M. Sata avec « grand respect » et « dignité » et qu’il ne s’est plaint d’aucune maltraitance. Le rapport indique aussi que tout au long du voyage, qu’aucune menotte ne fut utilisée sur M. Sata ni autre contrainte physique.

M. Kasambara ajoute qu’ils sont en attente d’un jugement dans le dossier et qu’il devrait être prononcé par le juge Healey Potani et attendu la semaine prochaine.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Share