De son côté Human Rights Watch affirme le même jour que les forces armées israéliennes ont mené des « attaques délibérées ou imprudentes contre des personnes qui étaient clairement des civils », l'organisme précise que ces attaques « sont également susceptibles de constituer des violations des lois de la guerre qui s’apparentent à des crimes de guerre ». Concernant les groupes armés palestiniens, Human Rights Watch déclare que ces derniers « ont de leur côté poursuivi leurs tirs aveugles de roquettes contre des centres de population israéliens, en violation des lois de la guerre ».

Le massacre gazaouis excusé

Ce qui traîne se salit. Cela fait déjà plus de 50 ans que le conflit israélo-palestinien fait couler beaucoup d’encre et de sang. La Palestine, membre observateur de l’Union Africaine, sous occupation illégale selon l’ONU a perdu plus de 600 hommes, femmes, enfants et vieillards en plus de 100 000 déplacés en quatorze jours tandis que son voisin israélien compte 27 morts parmi ses forces militaires.

Jeudi,le Président palestinien Mahmoud Abbas a écrit au Secrétaire général pour lui demander de placer la Palestine sous protection internationale dans un système administré par l’ONU. Proposition étudiée par Ban Ki-moon.

De son côté Human Rights Watch affirme le même jour que les forces armées israéliennes ont mené des « attaques délibérées ou imprudentes contre des personnes qui étaient clairement des civils », l'organisme précise que ces attaques « sont également susceptibles de constituer des violations des lois de la guerre qui s’apparentent à des crimes de guerre ». Concernant les groupes armés palestiniens, Human Rights Watch déclare que ces derniers « ont de leur côté poursuivi leurs tirs aveugles de roquettes contre des centres de population israéliens, en violation des lois de la guerre ».

De son côté Human Rights Watch affirme le même jour que les forces armées israéliennes ont mené des « attaques délibérées ou imprudentes contre des personnes qui étaient clairement des civils », l’organisme précise que ces attaques « sont également susceptibles de constituer des violations des lois de la guerre qui s’apparentent à des crimes de guerre ». Concernant les groupes armés palestiniens, Human Rights Watch déclare que ces derniers « ont de leur côté poursuivi leurs tirs aveugles de roquettes contre des centres de population israéliens, en violation des lois de la guerre ».

Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations unies, successeur de Koffi Annan est aujourd’hui à Tel-Aviv. Au micro, le Sud-Coréen a fortement condamné les roquettes du Hamas, les attaques israélites sur les hôpitaux et écoles palestiniens. Il a souligné la racine du litige : l’occupation illégale des terres palestiniennes. Il a exhorté l’état hébreu à retirer ses clôtures qui contraignent les Palestiniens puisque la paix passera nécessairement par un futur commun.

Dialogue de sourds puisque Israël implanta et, en dépit des négociations de paix, continue d’implanter des colonies civiles dans les territoires occupés (à l’exception de la Bande de Gaza qui a été évacuée intégralement et unilatéralement en 2005), violant ainsi les Conventions de Genève. Pour la communauté internationale, ces colonies sont illégales et constituent un fait accompli.

Hier John Kerry, secrétaire d’État des États-Unis dans une émission sur la chaîne Fox a laissé tomber en off : « C’est toute une opération de massacre » (Hell of a pinpoint operation), avant de s’aplaventir derrière sa position officielle.

Le lobby juif est fort, surpuissant. Ça n’a pris que huit minutes jeudi dernier à la star américaine Rihanna pour retirer son tweet #FreePalestine, relayant le désespoir de la population de Gaza. Le jour suivant l’actrice Selena Gomez émet sur son compte Instagram « Prions pour Gaza ». Puis, le lendemain, elle précise : « Et bien sûr, pour être clair, je ne prends pas de parties », écrit-elle. « Je prie pour la paix pour tous! ». Une manif à Paris pour la paix entre les deux nations a même été interdite!

Les mesures temporaires ne suffiront plus. La communauté internationale doit assumer ses responsabilités de contribuer de manière urgence à une perspective sérieuse de voir la solution à deux Etats devenir une réalité. C’est la seule façon de faire durer un cessez-le-feuJeffrey Feltman - Secrétaire général adjoint aux affaires politiques de l'ONU

Alors, rien ne se fait réellement. Le monde reste spectateur, à croire qu’il est hypnotisé, inapte ou inconscient. Toutes tentatives concrètes se font taxer de racisme antijuif… d’antisémite par le principal intéressé qui en mène large. C’est comme-ci lors des indépendances africaines ont accusait les Noirs de racisme antiblanc.

Aujourd’hui encore, des mères et pères gazaouis verront leurs enfants mourir sous leurs yeux impuissants sous le pilonnage incessant de missiles israéliens, car sept victimes sur dix sont des civils, 44% sont des enfants­­. Ils riposteront peut-être, mais pleureront sûrement dans ce conflit ou le terroriste aux yeux du monde est celui dont le territoire est sous occupation illégale et qui vit dans un nouvel et espérons le dernier apartheid. #FreePalestine

Nouvelles similaires

  1. Pascal Sambou
    Juil 22, 2014 - 07:47

    quelle honte pour l’humanité!

    Répondre
  2. Abdoulaye Ndiaye
    Juil 23, 2014 - 01:43

    La vie où la mort, les mort seront venger

    Répondre
  3. Mamadou Lamine Bara Diamé
    Juil 23, 2014 - 02:30

    l injustice le plus visible au monde pass

    Répondre
  4. Benoit Koutouan
    Juil 23, 2014 - 06:27

    C3 eux ki ont le droit de tuer impunement

    Répondre
  5. Djaz Bouziani
    Juil 23, 2014 - 08:42

    La honte au monde arabe

    Répondre
  6. Azzou Aziz
    Juil 23, 2014 - 08:46

    Honte aux amis d’Isaeil et au monde moderne et démocratique

    Répondre
  7. Gagnoa Keita
    Juil 23, 2014 - 05:22

    san pitier

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.