Le film Black Panther, plus grand qu’un succès au box-office

Plus qu’un film, Black Panther est un événement culturel. Les cinéphiles et les communautés Noires semblent être emballés par le dernier film de superhéros de Marvel, Black Panther, qui mettra en vedette Chadwick Boseman et Lupita Nyong’o.  Une semaine avant sa sortie en salle, le film de Disney bat des records de tous les temps de prévente de billets aux États-Unis.

Blade avec Wesley Snipes fut bien le premier film de Marvel mettant en vedette un superhéros noir, mais le film Black Panther est réalisé, coécrit par un Afro-Américain, Ryan Coogler (Fruitvale Station (2013), Creed (2015)). Il affiche donc une distribution saisissante d’acteurs majoritairement afro-américains: Chadwick Boseman, Michael B. Jordanm, Lupita Nyong’o, Danai Gurira, Daniel Kaluuya, Letitia Wright, Angela Bassett, Forest Whitaker ont tous de puissantes présences.

Le héros Black Panther est antérieur au nom du groupe militant américain du même nom Black Panther. Afin de se distinguer, Marvel décida de renommer, un action qui ne dura que quelque temps, son Black Panther en Black Leonard pour éviter toute analogie.

Le héros Black Panther est antérieur au nom du groupe militant américain du même nom Black Panther. Afin de se distinguer, Marvel décida de renommer, un action qui ne dura que quelque temps, son Black Panther en Black Leonard pour éviter toute analogie.

Dans le dernier film de superhéros Black Panther, les Noirs sont enfin dépeints comme des individus élevés, intelligents, intenses. Le scénario fictif avant-gardiste redresse historiquement des faits; l’Histoire des Noirs ne débute plus dans les délabres de l’esclavage, mais bien au-delà, dans de vastes, florissants et puissants royaumes  africains.

Après Fast and the Furious 8, Black Panther est le film le plus dispendieux dirigé par un Afro-américain. Le film de superhéros de Marvel, une filiale de Disney, place les protagonistes africains au centre de l’œuvre, coupant avec la tradition cinématographique hollywoodienne reconnue pour son whitewashing outrancier.  On a qu’a revenir aux films de 2016 Nina sur Nina Simone, celui de 2014  Exodus, God and Kings de Ridley Scott,  le Prince of Persia : Les Sables du temps avec un Jake Gyllenhaal incarnant le perse dans le rôle principal ou de penser aux difficultés de financement que rencontrent un film comme Red Tails pour se rendre compte la flagrante marginalisation des Noirs au cinéma occidental.

L’excuse qu’au cinéma, un Noir n’est pas banquable ne tient plus. Avant même sa sortie, le phénomène du film Black Panther est déjà un succès mondial.  Des vedettes américaines comme Octavia Spencer se sont fait un devoir de ramasser de l’argent pour permettre à un maximum d’enfants afro-américains, en mal de modèles,  d’assister à une représentation du 18e film de l’univers de Marvel. Obi Umunna, une avocate née de migrants nigérians, a participé à la collecte de fonds : « Je pense que c’est une opportunité formidable pour eux de se voir représentés sous un jour très positif … comparé à certaines des images négatives que vous voyez au quotidien.  »

Le héros Black Panther fut créé en 1966 par le bédéiste Stan Lee à qui l’on doit aussi Spiderman. Le Black Panther  s’appuie sur son génie intellectuel qui émane de sa connexion avec ses ancêtres et des divinités, son entraînement physique rigoureux, ses compétences en arts martiaux, son accès aux technologies avancées et à sa richesse pour combattre ses ennemis. De son vrai nom T’ Challa, il est le roi et protecteur de Wakanda, une nation est-africaine fictive, technologiquement la plus avancée au monde. Wakanda serait une version utopique de l’Empire Monomotapa du Zimbabwe (aussi appelé Empire du Grand Zimbabwe ou Mutapa)du XVe siècle.

Au plus fort de son essor commercial, l’Empire Monomotapa semblait presque aussi invincible que son homologue de la bande dessinée. En fin de compte, une combinaison de facteurs a conduit à sa chute : luttes intestines entre les provinces, affrontements religieux causés par les chefs de village convertis au christianisme, et prises de contrôle des ressources (beaucoup d’or puis le commerce des esclaves) par les Portugais  pour n’en nommer que quelques-uns. Au milieu des années 1700, l’Empire Monomotapa s’était effondré au milieu d’une guerre civile.

Black Panther a fait sa première mondiale au Dolby Theatre de Los Angeles le 29 janvier 2018. La première a présenté un tapis violet. les membres de la distribution, et d’autres invités portaient des vêtements africains, pour honorer les racines africaines du film.

Nouvelles similaires

  1. Anonyme
    Fév 11, 2018 - 05:02

    Bizarrement le pouvoir familial en afrique est un gêne. Je croyais que cela c’était juste le cas avec les hommes politiques mais là même super hero c’est la même chose

    Répondre
  2. Anonyme
    Fév 12, 2018 - 01:47

    Flora Bila on va se mettre bien bon

    Répondre

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share