Le Botswana suspend la chasse d’espèces sauvages

Au Botswana, terme tswana signifiant « pays des Tswanas » du nom de l’ethnie principale, près du tiers de son territoire est protégé par des parcs. La richesse des flores et faunes botswanaises est unique en Afrique.

 Cette gazelle a la particularité d'avoir des muscles spécifiques en forme de ressorts au niveau des cuisses ce qui lui permet d'atteindre des sauts jusqu'à 3.90 mètres de haut et 15 mètres de long !) et sa colonne vertébrale est très flexible

Cette gazelle a la particularité d’avoir des muscles spécifiques en forme de ressorts au niveau des cuisses ce qui lui permet d’atteindre des sauts jusqu’à 3.90 mètres de haut et 15 mètres de long !) et sa colonne vertébrale est très flexible

Afin de protéger cette ressource, le ministère de l’Environnement, de la Faune et du Tourisme du Botswana interdit désormais la chasse d’espèces sauvages depuis le début de cette année. La porte-parole du ministère, Mme Caroline Bogale-Jaiyoba affirme que l’interdiction  devra s’étendre dans chacune des zones de chasse du pays.

Récemment certains quotas étaient alloués dans certaines zones. Cette pratique est maintenant chose du passé.

Dan ce pays d’Afrique australe, le moins corrompu d’Afrique selon Transparency International, on a noté que la l’interdiction temporaire de la chasse était nécessaire, car il y a un déclin évident de plusieurs espèces dans le pays. « Les causes du déclin sont dues à une combinaison de facteurs impliquant les actions de l’homme, comprenant la chasse et la destruction de l’habitat », a noté Mme Bogale-Jaiyeoba, ajoutant que l’enquête nationale aérienne en 2012, et une analyse des tendances depuis 1987 ont montré des baisses globales significatives en particulier du tsessebe et le Cobe de Lechwe qui sont deux espèces d’antilope. Le sitatungas (un bovin) et des springboks voient également leur population baisser dramatiquement. Le springbok, animal gracieux, est la seule gazelle d’Afrique Australe.

Ce qui est particulièrement préoccupant est le fait que toutes les espèces étudiées à l’exception des éléphants et des impalas ont diminué leur population dans au moins une zone protégée.

Elle spécifie qu’il n’y aura pas de permis de chasse qui seront délivrés à l’exception pour des oiseaux dans des conditions qui devront être définies par le ministère de la Faune et des Parcs Nationaux.

Autre bémol, les éleveurs de gibiers seront autorisés à chasser des espèces classées comme gibier et qui sont confinées à l’intérieur de limites appropriées en vertu de la Loi sur la conservation de la faune et des parcs nationaux.

Mme Bogale-Jaiyeoba assure que des sanctions seront prises pour toute personne qui chasse sans permis. Le moratoire sur la chasse prévoit également des peines pour ceux qui capturent ou chassent pendant la période d’interdiction.

Elle a déclaré que d’autres organismes d’application de la loi intensifieraient la surveillance et de continuerait à surveiller l’état des espèces sauvages pendant l’interdiction et fournira des rapports réguliers.

« L’interdiction restera en vigueur aussi longtemps que nécessaire pour comprendre les origines du déclin et adopter de mesures visant à en inverser les causes », insiste-t-elle.

Le Botswana qui lors de son indépendance en 1966 était l’un des vingt-cinq plus pauvres du monde, se classe désormais parmi les plus prospères du continent. Il s’agit du seul pays au monde qui a pu afficher, lors de la période 1970-2000, une croissance annuelle moyenne de près de 9 %; il est en outre le seul pays avec le Cap-Vert en 2007 et les Maldives en 2011 ayant pu sortir du groupe des pays les moins avancés en 1994.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share