Alors que le printemps arabe s'étend en 2011 à tout le monde arabe, le gouvernement syrien prend des mesures de prévention, répression assortie de tentatives d'apaisement. Plusieurs appels à manifester sont lancés à partir du 4 février, mais les services de renseignements, les moukhabarat répriment ces manifestations. La Syrie garde en mémoire la révolte de Hama initiée par les Frères musulmans en 1982 et réprimée sans réaction internationale (2000 victimes) par Hafez el-Assad.

La Syrie et le jeu de la Conférence de Paix

Avec la conférence de paix qui aura peut-être lieu fin-novembre , il est important de revoir les relations internationales et la méthodologie de concrétisation de la Gouvernance Mondiale, ou plus simplement de la Coopération entre Nation du Monde.

Ce n’est pas tant la vision d’un travail global qui est à retenir, que l’opportunité d’une mise à plat de ce qui aura mené aux massacres que l’on peut dénoncer en Syrie, et la possibilité offerte par cette dernière, d’une réorganisation, à la base nécessaire, des dites relations de la scène internationale.

Alors que le printemps arabe s'étend en 2011 à tout le monde arabe, le gouvernement syrien prend des mesures de prévention, répression assortie de tentatives d'apaisement. Plusieurs appels à manifester sont lancés à partir du 4 février, mais les services de renseignements, les moukhabarat répriment ces manifestations. La Syrie garde en mémoire la révolte de Hama initiée par les Frères musulmans en 1982 et réprimée sans réaction internationale (2000 victimes) par Hafez el-Assad.

Alors que le printemps arabe s’étend en 2011 à tout le monde arabe, le gouvernement syrien prend des mesures de prévention, répression assortie de tentatives d’apaisement. Plusieurs appels à manifester sont lancés à partir du 4 février, mais les services de renseignements, les moukhabarat répriment ces manifestations. La Syrie garde en mémoire la révolte de Hama initiée par les Frères musulmans en 1982 et réprimée sans réaction internationale (2000 victimes) par Hafez el-Assad.

La situation Syrienne, où la Syrie d’aujourd’hui, est la résultante d’une ingérence internationale, d’un jeu visant à forcer une domination, au mépris de cet esprit particulier qui existe entre gouvernants, gouvernements, mais aussi gouverné.

La Syrie à été victime des géostratégies faites par les puissances extérieures qui composent l’un des trois cercles agrémentant ce qu’est la vie internationale, composé des Usa, de la France, de l’Angleterre, de la Russie et de la Chine qui compose le conseil de sécurité des Nations Unies, mais est aussi victimes, des ingérences dans le cercle qu’aura été les USA, la France, la Russie et l’Iran, et qui souffre d’un mal dénonçable et dénoncé dans cet article.

Les É.-U. :
Et sa politique de crime de guerre dénoncé par l’administration Us, qui aurait, en plus de sa crise économique actuelle provoquée par les guerres inutiles, gangréné une situation intérieure déjà en mal par une énième guerre que l’Amérique à refuser dans son ensemble pour ce qui concerne la Syrie, et qui à donnée ses preuves en Irak, en Iran, en Afghanistan, au Koweït, au Kurdistan et ailleurs.

Avec également son soutien à Israël, depuis sa création il y a 65 ans, accompagnés des crimes nécessaires à la mise en porte à faux de l’entité sioniste face aux institutions de paix internationales, et à la cour de justice des droits de l’homme représentantes des valeurs de l’humanité depuis sa création.

Le Shut & Lock américains, à prouvé que la politique internationale états-unienne, n’offrait que de faux alliés, et une situation intérieure qui aura obligé, sans partisanisme, à la fermeture des agences fédérales américaine, qui rouvertes, pourraient être définitivement fermées à la date de février 2014, mais aussi à des incidents connus comme l’exercise de la protection intérieur des États-Unis.

La France :
Et son actuel trouble intérieur étant une partie de cet activisme dénoncé avec l’enquête du 21 août 2013 qui aura démontré l’innocence de Bachar el-Assad, prouvant cette fausse préparation à ce que pourrait être le Down Français; avec cette montée d’un racisme de crise, couvert par la ruine politique française, qui pour ses deux derniers mandats, peut être résumée par un proaméricanisme anti-US qui aura mis la France, définitivement, dans une position isolé du reste du monde, à commencer par l’Union Européenne elle-même; mais il faut aussi prendre en compte, l’actuel socialisme de droite, qui n’aura finalement que dessouder la classe politique de l’ensemble de la population française, comme la montré son unification contre son gouvernement et sa décision d’intervention en Syrie, et ce, tout parti confondu.

Il aurais fallu, avant les échéances de 2014/2015, et ses restrictions découlant du traité Merkozy, faire de la France, cette République Socialiste, leader dans l’application des réformes, qui seraient offertes à l’Union Européenne et qui serviraient aussi de modèle aux É.-U. pour une sortie de crise vers 2016/2017 avec l’aide des possibles nouveaux alliés que seraient la Russie et la Chine.

La Russie :
Qui accompagnée de la Chine dans la démarche, devrait mettre à son profit toutes ses relations politiques et économiques en Europe, afin de faire cette Union Européenne en crise, un partenaire de ce que serait la nouvelle alliance Russo-Américaine, et ainsi éviter le Down Français, et permettre aux É.-U. après un recul diplomatique stratégique, de réenvisager une nouvelle vie politique internationale et le début de travaux en 2016/2017 pour une sortie de crise complète du Shut & Lock américain

Le conflit Syrien et les ingérences qui ont parsemées ces trois dernières années, ont également mis au jour l’illogisme de l’ingérence et de son quotidien, qui à traité ce point stratégique qu’est la Syrie, avec la la désinvolture nécessaire, à ladite transformation des relations de la scène internationale.

En effet, la nouvelle Egype, pour l’exemple, avait mis à plat toutes ses différences avec l’allié américain et Israelien puisque, la Présidence de Mohamed Morsi, membre des Frères Musulmans d’Egypte, avait perpétué les alliances faites par la dictature d’Hosni Moubarak durant ses trente ans de règne.

Bien que les Frères Musulmans soient porteur d’une histoire particulière depuis l’assassinat d’ Anouar El-Sadate, et qu’ils aient depuis affichés depuis des positions anti-Moubarak et anti-U.s, ils avaient fait le pari de porter le poids de la charge présidentielle qui, plus qu’une valeur symbolique, est la clé de voûte de la vie de millions d’Égyptiens vivant à l’intérieur ou à l’extérieur de l’Égypte, accompagnée du poids économique Égyptien d’après dictature qui souffrait de la restriction qu’il y avait à sa gérance.

Après toute la répression et les morts qu’il y à eu lors de cette 1re Révolution, le Président Mohamed Morsi fut destitué un an seulement après son accession à la Présidence, par son opposition politique dont la logique veuille qu’elle soit des partisans de l’ancien président Hosni Moubarak, mais aussi, selon les rumeurs de la Révolution, par l’Arabie Saoudite et l’État d’Israël qui vivait alors ses premières discussions avec le Gouvernement de l’Autorité Palestinienne pour un nouveau Processus de Paix qui devait mourir dans l’oeuf, les uns et les autres happés par l’actualité Syrienne mais aussi Egyptienne.

L’illogisme apparaît quand on se pose la question du pourquoi de la destitution de Mohamed Morsi, puisqu’il avait en effet continué à soutenir les relations Egyptiennes avec les Usa et avec l’entité sioniste, au risque de ce mettre parfois à dos, le partenaire du contrôle de la Bande de Gaza qu’est le Hamas, qui fut troublé par les fermetures répétées de Rafah et la destruction de ses tunnels de réapprovisionnement ou de contrebande selon notre position initiale.

Il y à aussi le fait que la Présidence de Mohamed Morsi avait, à l’époque, soutenu la destitution du Président Bachar el-Assad, cessant ses relations avec elle et prenant contact avec l’Iran pour un rapprochement, qu’elle soit stratégique, économique et politique.

La question se pose de savoir, ce qu’est un partenaire pour les USA ou Israël, qu’elle valeur est donnée à la ou aux révolutions puisque celle suis suivie la Première Révolution Egyptienne fut aussi sanglante et répressive que celle que destitua Mohamed Morsi un an plus tard.

Que pourrait-on dire à Israël ou à la Turquie, à l’Iran du Président Réformateur Rohani, à l’Irak d’après Saddam Hussein ou encore à la Jordanie, aux peuples Kurdes ou au Chrétien du Liban et du monde arabe victime des cet activisme qui fut pointé du doigt pour la France.

Quelle raison peut on invoqué à un partenaire pour lui expliquez son assassinat, que peut-on comprendre de ladite scène internationale et de son quotidien, quel avenir il y à t’il donc à offrir pour ne pas être cette image que nous projetons au monde et qui aura révélé au grand jour l’unification de l’Union Européenne, des partis politiques français hormis le socialisme, de la population française et américaine, des militaires américain et français ainsi que du Senat Us, pour ladite non-intervention en Syrie.

C’est un problème vaste et compliqué que, pour me répéter, la conférence de Paix de Genève de la mi-novembre 2013 permettra de résoudre afin d’apporter une bonne fois pour toutes, même si le monde n’est pas parfait, des solutions définitives.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share