Au niveau international, les plus importants exportateurs de perruques et de cheveux humains sont la Chine, l'Indonésie, Hong Kong, les États-Unis et l'Italie. La valeur totale des exportations est d'environ 1.16 milliard de dollars américains annuellement. Selon des recherches, les femmes noires sont prêtes à dépenser au moins le double que les femmes blanches pour leurs cheveux et produits de beauté.

La stigmatisation du cheveu crépu

Alors que les Noirs cherchent toujours à acquérir leur pleine émancipation, leurs cheveux et coiffures qui leur sont propre semblent attirer l’attention des gardiens de la nuit. Ce n’est un secret pour personne, les Noirs ont un cheveu particulier. Frisé, crépu, c’est une empreinte visuelle qui caractérise ceux et celles qui partagent un héritage africain.

Au niveau international, les plus importants exportateurs de perruques et de cheveux humains sont la Chine, l'Indonésie, Hong Kong, les États-Unis et l'Italie. La valeur totale des exportations est d'environ 1.16 milliard de dollars américains annuellement. Selon des recherches, les femmes noires sont prêtes à dépenser au moins le double que les femmes blanches pour leurs cheveux et produits de beauté.

Au niveau international, les plus importants exportateurs de perruques et de cheveux humains sont la Chine, l’Indonésie, Hong Kong, les États-Unis et l’Italie. La valeur totale des exportations est d’environ 1.16 milliard de dollars américains annuellement. Selon des recherches, les femmes noires sont prêtes à dépenser au moins le double que les femmes blanches pour leurs cheveux et produits de beauté.

Pendant des siècles, après avoir dénigré la suave peau d’ébène des Noirs, actuellement c’est aux cheveux que l’on s’en prend ouvertement pour intégralement marginaliser une communauté qui s’éduque, s’organise, et tend à reconquérir son Histoire et occuper l’espace d’où il était exclus.

C’est ce qu’on constate dans les dernières actualités. Partout dans le monde, les femmes et les filles noires sont punies pour les cheveux qui émergent de leur cuir chevelu. Les dreads ou afros entretenus avec les plus grands des soins, sont qualifiés de coiffure « ghetto » et indésirables dans un contexte professionnel.

Tonya Roberts, analyste multiculturel chez Mintel, une firme d’étude de marché, conclu, après une étude sur le comportement des femmes noires américaines : « Nos recherches indiquent que quand les femmes noires affichent leurs cheveux naturels, elles se sentent libérées, confiantes et différentes des autres. Ceci leur donne un énorme sentiment de fierté d’être Noire tout en affichant leur beauté naturelle. »

Cette recherche de liberté primaire n’est pas toujours aussi simple à atteindre pour tous. La semaine dernière, on retrouve l’histoire étonnante d’une étudiante de Pretoria, en Afrique du Sud,  qui doit militer pour avoir le droit d’afficher ses cheveux au naturel. La prestigieuse école qui accueille les Noires que depuis la fin de l’apartheid en 1994, incite les jeunes femmes à se défriser les cheveux, pour ainsi présenter une chevelure lisse, comme les Blancs.

On poursuit. En février 2016, lorsque les élèves du  Walker Senior High School C.R. aux Bahamas ont essayé de porter leurs cheveux naturels à l’école, on leur a fait entendre que leurs cheveux étaient « incohérents » et « non-professionnels » et l’école a ordonné aux adolescentes de lisser leur coiffure avant de penser retourner sur les bancs de l’école.

Ces histoires sont symptomatiques du climat inquisitorial dans lequel vivent les communautés noires. Simplement s’afficher comme « Noir » devient un acte militant.  L’étude de Mintel indique que bien que l’utilisation des permanentes/défrisants ont diminué de 18.6 % entre 2013 et 2015 du au mouvement des Naturalistas, le segment des extensions de cheveux et perruques demeure très actifs avec 44 % des femmes qui avouaient en porter en 2014.

Les femmes noires occidentales ont longtemps senti cette pression pour manipuler leurs cheveux dans un effort de souscrire à des normes européennes de la beauté.  Les élèves de Pretoria font écho aux sentiments des femmes d’ascendance africaine partout dans le monde.

L’effacement systématique de notre négritude, cette diabolisation de tout ce qui concerne notre patrimoine culturel : la langue, l’art, la peau noire, nos caractéristiques, afin de nous effacer, c’est accepter de participer à notre propre assujettissement.

Au temps de la ségrégation des Noirs, il y a quelques décennies de cela, on ne tournait pas autour du pot : les Noirs n’étaient pas la bienvenue en raison de leur couleur de leur peau, un point c’est tout. Aujourd’hui cette ségrégation ciblée est plus sournoise.

Lorsque tous et chacun d’entre nous déciderons d’embrasser franchement nos distinctions communes, ce ne sera plus un signe de protestation, mais un mouvement collectif dont l’objectif sera d’affirmer notre existence tangible dans des sociétés qui ont tendance à occulter l’esthétisme de la différence.

Nouvelles similaires

  1. Stéphane Brossard
    Sep 09, 2016 - 09:17

    Reste un soucis, la stigmatisation du cheveu dé-crépu, par la phallocratie dominante qui, cachée derrière de pseudos idéaux d’authenticité et de fierté noire, impose aux femmes (encore une fois) ce qu’elles doivent mettre sur leur tête.

    Répondre
    • Lafontant Mary
      Sep 09, 2016 - 07:48

      Lol je préfère qu’on me force a rester naturel, telque Dieu m’a créé que me forcer à me transformer en quelque chose que je ne suis pas sous prétexte que tu as le droit de faire ce que tu veux c’est ton corps.

      Répondre
    • Lafontant Mary
      Sep 09, 2016 - 07:55

      Pcq tu trouves ça normal de plaquer des produits chimiques dans la tête des noirs jour et nuit et ceux depuis leur naissance?

      Combien de fois j’ai vu des mères mettre ces produits chimiques dans la tête de leur gosse de 6 voir 5 ans et selon toi il faut laisser faire sous peine de ce faire dire qu’on impose un pseudo idéologie, votre vivre et laisser vivre va falloir le redéfinir, dangereux que vous êtes.

      Répondre
  2. 神崎 すみれ
    Sep 09, 2016 - 10:26

    Et la stigmatisation des roux on en parle ?

    Répondre
  3. Yamad Eulogy
    Sep 09, 2016 - 10:28

    Arrêtez d’ironiser pour rien, c’est un sujet sérieux

    Répondre
  4. Oscar Pfouma
    Sep 09, 2016 - 11:42

    Beaucoup d’Européens et Européennes rêvent d’avoir des cheveux crépus !

    Répondre
  5. 神崎 すみれ
    Sep 09, 2016 - 01:02

    On ironise pas pour rien Yamad, t’as cru que vous aviez le monopole de la victimisation ou quoi ?

    Répondre
    • Lafontant Mary
      Sep 09, 2016 - 07:09

      A chacun son combat…..

      En passant, c’est très mal élevé quand quelqu’un présente ses ressentis et sa tristesse, plutôt d’être à l’écoute et faire preuve d’empathie, c’est là que vous cherchez à présenter les vôtres.

      Répondre
  6. Lafontant Mary
    Sep 09, 2016 - 07:05

    Dsl si je vais heurter quelques coeurs, mais la propagande du métissage aussi ce trouve a être un bon moyen pour faire disparaitre les noirs subtilement.

    Répondre
    • Jean-Philippe Tremblay
      Sep 10, 2016 - 12:31

      Aïe…. suis-je coupable d’être tombé amoureux de ma femme (noire) et d’avoir eu une magnifique petite fille métisse, petite merveille qui ,pour plusieurs, sera une « noire » et pour d’autres une « blanche » ??? Je suis un craintif de lire tels propos, car ça me rappelle des propos de groups supremacistes blancs sur la « mixité des races » et qui appellent les enfants métisses « bâtards »… même je suis un homme blanc et que je suis un privilégié dans cette société, lorsqu’il est question d’amour, un couple interracial peut très bien représenté un symbole d’unité et un signe que cet amour n’a pas de frontière…

      Répondre
    • Lafontant Mary
      Sep 10, 2016 - 02:16

      Va dire tes propos aux brésiliens qui sont le peuple le plus métissé sur terre et raciste a tout point.

      Et en passant j’ai bien dit « la propagande du métissage » lit bien avant de commenter inutilement.

      Répondre
    • Jean-Philippe Tremblay
      Sep 10, 2016 - 02:54

      T’es commentaires sont pour le moins ambiguës…. ceux ci démontrent une grande réticence au métissage, jusqu’à affirmer que le brésiliens sont racistes (donc toute personne métissée est raciste ? J’aimerais bien lire les études pour savoir vraiment si être métis équivaut à être raciste..) pour ensuite m’invectiver en prétextant.que j’ai mal saisi ton propos.. Je te pose la question franchement : le métissage pour toi c’est OK ou non ?

      Répondre
    • Léonie Lam Lam Mandang
      Sep 10, 2016 - 03:14

      Jean-Philippe Tremblay à votre place, j’economiserais bien mon énergie. Souvent discuter avec certaines personnes n’avance à rien.

      Répondre
    • Karim Gueye
      Sep 10, 2016 - 05:01

      C’est dangereux ce que vous dites là

      Répondre
    • Jean-Philippe Tremblay
      Sep 10, 2016 - 03:38

      Si tel est le cas, c’est triste…. comme le dit si bien kery James ( chanteur noir français né de parents haïtiens et musulman), noirs, blancs, arabes, asiatiques, métisses, chrétiens, musulmans, etc. doivent »vivre ou mourir ensemble »


      Répondre
    • Jean-Philippe Tremblay
      Sep 10, 2016 - 11:25

      ??? Quelle partie de mon propos qui est dangereuse??

      Répondre
  7. Simba Olenga
    Sep 09, 2016 - 07:38

    Les émo-nazis envahissent maintenant les fils d’actualité d’Encre Noire désormais.

    Lop franchement, s’il y en a qui veulent parler de la stigmatisation des roux et du cheveu dé-crépu, vous n’avez qu’à le faire sur vos propres médias les blaireaux. #Logique

    Répondre
  8. Stéphane Brossard
    Sep 13, 2016 - 09:07

    J’ai l’impression que je me suis mal fait comprendre, et c’est un peu dommage, alors je retente ma chance 🙂

    Ce que je voulais dire n’avait rien à voir avec une délire suprématiste raciste, non, ça je le laisse à Lafontant Mary , c’est elle qui semble réellement inquiète de la pureté de la race. Mais bien évidemment, ce n’est pas racise de sa part (comme cela pourrait-il l’être ? 😉
    Ce que je trouve personnellement particulièrement choquant ce sont tous ces hommes (pour la plupart) qui, ayant lu quelques statuts de Kemi Seba, affublés d’une casquette à l’envers et d’un pseudo Kemit-Power-machi-chose, et qui viennent, sous prétexte d’une sorte de retour à l’authentique (fantasmé) stigmatiser les femmes qui portent des tresses, des mèches, qui défrisent leurs cheveux. Je trouve ça assez insupportable en fait. Une femme a tout à fait le droit de ne pas vouloir défriser ses cheveux. Pour des motifs « politiques » ou pour rien d’ailleurs. Mais en revanche, les apprentis machos qui s’imaginent qu’ils ont le droit de venir imposer quoi que ce soit me dépassent. Et je note pour conclure que ceux qui disent aux femmes de ne pas porter de mèches sont à peu près les mêmes (psychologiquement) que ceux qui leur disent de porter des voiles. Ce qui leur importent avant tout c’est de maitriser la femme.

    Répondre
  9. Samba Axel
    Sep 14, 2016 - 10:21

    Je pense que ce sujet est extremement pertinent dans le monde d´aujourd´hui ou nous avons un groupe de Afrocentristes qui reaffirment leurs identites Noires avec toutes nos cultures humogenes et merveilleuses traditions et un autre de suprematie blanche qui veulent s´´affirmer a leur tour en cherchant a dominer les autres groupes(Africains,Asiatiques). Il faut dire que ce comportement de stigmation des cheveux Crepus remontent depuis l´époque de l´esclavage et dont les consequences sont presentes aujourd´´hui dans plusieurs pays a multi racial. Deja, dans son livre fondateur, Peau noire, cheveu crépu. L’histoire d’une aliénation (Jasor, 2005), Juliette Sméralda expliquait déjà que l’esclavage avait aussi correspondu à une maltraitance du corps, de l’hygiène, et à la disparition de « toute l’esthétique africaine ». Les femmes cachaient, sous des mouchoirs ou dans les vieux bas de leurs maîtresses, leur chevelure que les Blancs désignaient en termes très péjoratifs (« tignasse », « laine », « crin »), renvoyant à l’animalité et à la sauvagerie. Les colons ont privé les Africains du « temps culturel » durant lequel ils prenaient soin de leur corps et arrangeaient leurs parures. Les traditions se sont perdues. Et les esclaves ont fini par intégrer l’idée que leurs cheveux étaient laids, difficiles à coiffer, et qu’ils devaient être « domptés ».
    Il faut noter que la suprematie blanche n´est que le sentiment de peur des Blancs qui representent que 10% de la population mondiale, et qui craignent d´´etres disparus par les Noirs les plus nombreux et les asiatiques,selon les psycologues du coup cela montre la fragilite de la culture blanche. Mary LAFONTANT, tu as parfaitement raison que le Bresil est lun des pays racistes au monde, car au Bresil,en te voyant avec des cheveux crepus et surtout en grande quantite, ils te prennent pour un suspect, »suspeito » en portugais dans les bus, dans les super marches et dans la rue. Jean Phillipe, tu dois savoir que tout metis nest pas raciste, mais aujourd´´hui il ya une politique au Bresil et dans quelques pays de pousser les Noirs de se marier avec des blancs pour faire disparaitre petit a petit la peau Noire, c´est une politique etatique, le cas du fils de Neymar, Rihanna,et fais des recherches sur le nombre de Noirs au Bresil au debut des années 1888 et maintenant, les metis sont plus nombreux, toi peut etre tu le sais pas, mais tu obeis á cette politique de metissage de façon inconsciente, parce que ton enfant Metis, au cas ou il se marri avec un autre metis ou blanc, toute sa descendance sera blanche te la peau de la maman disparait.
    Ceependant, force est de reconnaitre que la suprematie blanche et le racisme sont de l´obscurantisme intelectuel, parce que en terme genetique, le Noir est plus complet en ayant un taux de melanines en suffisance ce qui lui permet de se proteger contre les effets nefastes du soleil, et c´est pour cette raison que notre peau est Noire, parce que nous sommes protegés, et ceux qui s´appelent  »blancs » ont carence en melanines et du coup, le corps ne reproduit plus trop de melanines et deviennent blanc, cést scientifique et clair,etre Noir c´est etre a la hauteur de tout que les autres ne peuvent pas parce qu´´ils sont fragiles comme des bebes

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Share