Pendant plusieurs années, Christophe Colomb organise le pillage et la soumission au tribut des Autochtones et réduit en esclavage les habitants des Caraïbes.

La Journée de Christophe Colomb remise en question

Des États américains désirent commémorer une Journée des peuples autochtones par opposition à une journée dédiée à Christophe Colomb. Cet événement est célébré au pays d’Obama chaque second lundi du mois d’octobre dans une croissante mésentente.

Les militants ont fait pression sur le gouvernement afin de faire reconnaître l’histoire réelle pour ne pas honorer les contributions mythologiques d’un Christophe Colomb, mais bien de ceux qu’il a lésés.

Le désaveu d’une fraction d’États américains du jour de Christophe Colomb se base parfois sur la découverte faussement accordée au navigateur. Les Américains attribuent traditionnellement la découverte de l’Amérique à l’explorateur italien. Dans les faits en 1492, Christophe Colomb visite les Bahamas, Haïti, Cuba, pavant la voie à l’avidité des explorateurs européens dans une terre richement habitée par les peuplades paisibles locales. Les Arawaks sont les premiers Amérindiens à avoir eu un contact avec les Espagnols du XVe siècle.

Pendant plusieurs années, Christophe Colomb organise le pillage et la soumission au tribut des Autochtones et réduit en esclavage les habitants des Caraïbes.

Pendant plusieurs années, Christophe Colomb organise le pillage et la soumission au tribut des Autochtones et réduit en esclavage les habitants des Caraïbes.

Christophe Colomb n’est même pas le premier Européen à entreprendre la traversée de l’Atlantique. Le Norvégien Érik le Rouge entreprit le voyage quelque 500 ans plus tôt pour établir une colonie au Groenland puis son fils Leif Ericson aborda les terres de Terre-Neuve au Canada.

Mais là où le bât blesse pour les célébrants, c’est non seulement les conséquences dévastatrices de la cupidité espagnole dans le « Nouveau Monde » qui allait faire des millions de morts atroces en Amérique latine, mais Christophe Colomb lui-même.

À Hispaniola (actuelle Haïti), c’est le prologue d’un désastre humain. Les tyrans espagnols pressurent les dénommés Indiens en leur imposant un tribut d’or et de coton. Ils sont nombreux à être réduits en esclavage. Les mauvais traitements, dont la torture et la mutilation, entraînent une très importante mortalité de la population. Les Indiens fuient et se réfugient dans les montagnes, abandonnant leurs activités agricoles, cédant au désespoir. Les rares insurrections sont matées avec une extrême férocité. Colomb déploie donc son énergie à « pacifier » l’île. Des documents attestent que Christophe Colomb paradait avec des corps démembrés d’autochtones pour décourager l’éclosion de nouvelles rébellions.

A son 2e voyage, le 20 avril 1496, l’explorateur-commerçant-esclavagiste amène avec lui 500 Arawaks vers l’Espagne. 200 moururent lors de la traversée.

Ce n’est qu’en 1937 que le Président américain Franklin D. Roosevelt proclame le 12 octobre fête nationale. En 1971 il a été fixe au 2e lundi du mois d’octobre. Ce n’est pas un jour férié dans tous les États des États-Unis, comme en Alaska, dans le Nevada, à Hawaï et dans le Dakota du Sud. Ces États ne reconnaissent pas le Jour de Christophe Colomb et fêtent d’autres événements, confessant le massacre des Indiens d’Amérique induit par ce personnage.

En Amérique latine le Jour de Christophe Colomb est plus communément appelé « Jour de la Race ». (Día de la Raza) dans les pays d’Amérique latine comme le Brésil, le Guatemala, le Paraguay, Porto Rico, le Nicaragua ou la République Dominicaine, la journée est considérée, comme une journée anti-Christophe Colomb. Elle célèbre la résistance à l’arrivée des Européens dans le Nouveau Monde.

Aujourd’hui, moins de la moitié des états américains, soit 23, permettent aux employés de marquer cette journée comme étant fériée et payée. Ce mois-ci, la ville de Seattle est devenue la dernière ville à prendre position pour l’exactitude historique.

« Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du Canada pour les périodiques (FCP) du ministère du Patrimoine canadien pour ce projet »

Nouvelles similaires

  1. Geraldine Cœur
    Oct 13, 2014 - 04:54

    Mwen paka renmin christophe Colomb pase se richesse haiti kife espane sal ye jodi a epi gade haiti

    Répondre
  2. Francisque JEAN-CHARLES
    Oct 13, 2014 - 01:00

    On devra célébrer une journée de deuil national en Hayti contre ce spadassin Colomb qui avait exterminé les indiens.

    Répondre
  3. Marc-Arthur Jean
    Oct 13, 2014 - 05:06

    Pou jan moun sa yo voler or nou tout riches nou se yon journée de la honte

    Répondre
  4. Karl Sa-El Martin
    Oct 13, 2014 - 10:43

    Ki kk jounen Kristòf kolon sa a?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.