La Jamaïque célèbre son Âge d’Or

Les célébrations du 50e anniversaire de l’Indépendance de la Jamaïque ont connu un départ spectaculaire par des feux d’artifice dans le secteur riverain de Kingston,  l’une des agglomérations des Antilles qui croît le plus rapidement (environ 700 000 habitants pour seulement 500 km carrés), à minuit samedi.

[frame src= »http://www.lencrenoir.com/wp-content/uploads/2012/01/jamaique-50.jpg » width= »200″ height= » » align= »right » style= »3″ linkstyle= »pp » title= »50e anniversaire de l’Indépendance de la Jamaïque « ]La musique jamaïcaine a donné le ton pour le feu d’artifice, qui a été le premier événement officiel d’un calendrier d’un an pour célébrer l’âge d’or de la Jamaïque. Le nom du pays provient de Xamayca, signifiant « la terre du bois et de l’eau », dans la langue des Arawaks, peuple d’Amérique du Sud qui a colonisé l’île vers les années 1000.

Pendant deux cents ans de règne britannique, la Jamaïque devint le plus grand exportateur de sucre au monde après l’île de Saint-Domingue.

L’emploi zélé d’esclaves par la Grande-Bretagne à partir de 1672 eut comme conséquence de faire de la Jamaïque l’une des principales plaques tournantes de la traite des noirs, et à la fin du XVIIIe siècle, l’île comptait 300 000 esclaves; au début du XIXe siècle, la population noire était en proportion de 20 contre 1. Une série de révoltes suivit. Durant cette époque, les Britanniques eurent beaucoup de mal à traquer les nègres marrons, ces esclaves qui réussissaient à s’enfuir.

Les mouvements nationalistes se développèrent sous l’impulsion de deux leaders jamaïcains, Alexander Bustamante (1884-1977) et Norman Washington Manley (1893-1969). D’abord alliés puis adversaires politiques, ils alternèrent au pouvoir. Manley accéda au poste de premier ministre en 1955 et fut un partisan de l’unité des Caraïbes anglophones, celle-ci se réalisant brièvement dans la Fédération des Indes occidentales (1958-1962). La Jamaïque obtint son indépendance, dans le cadre du Commonwealth, le 6 août 1962.

You don't have a sufficient version of Flash Player to display this animation.

Des centaines de Jamaïcains se sont entassés dans les rues du centre-ville de Kingston, tandis que d’autres se sont massés sur le bord de la mer sur le Port Henderson Road et aussi loin que Port-Royal pour regarder les rafales de feux de couleurs vives dans le ciel nocturne. D’autres ont simplement regardé le spectacle en ligne sur le site officiel des célébrations www.jamaica50.com pour regarder l’événement en ligne, ou encore via la télévision.

La ministre de la Jeunesse, des Sports et la Culture, Olivia Grange a dit qu’elle était très satisfaite du résultat : « Le but des célébrations est de rassembler les Jamaïcains, renforcer l’esprit de fierté nationale et présenter le meilleur de la Jamaïque. Considérant la réponse positive de la foule immense ici, sur le bord de la mer – des gens qui sont venus de partout en Jamaïque et partout dans le monde – nous avons atteint nos objectifs. Je suis très fier du travail que mon équipe et moi avons fait », ajoute-t-elle.

Les activités importantes ont été prévues pour chaque mois, y compris le programme d’héritage, avec plus de 20 projets visant à étendre les retombées positives du programme de célébration du 50e anniversaire et continuer à améliorer la qualité de vie des Jamaïcains.

Parmi les projets du cinquantième, on retrouve une fondation spéciale pour les enfants et les jeunes à risque appelé « Make A Difference (faire une différence) », sera le lègue des célébrations. Le but de la fondation est de répondre à certaines des inégalités et des difficultés rencontrées par les enfants pauvres et privées de leurs droits.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share