Euro 2020: La Bulgarie sanctionnée pour ses partisans racistes

La Bulgarie, pays d’Europe du Sud-Est,  a reçu l’ordre de disputer ses deux prochains matchs de football à domicile à huis clos, suite au comportement disgracieux de ses supporters lors du match de qualification pour l’Euro 2020 contre l’Angleterre.

L’Anglais Tyrone Mings avant le match contre la Bulgarie au stade Vasil Levski de Sofia. Le match a été arrêté deux fois en raison du comportement raciste de partisans bulgares.

Le 14 octobre 2019, lors du match entre la Bulgarie et l’Angleterre au stade national Vassil Levski de Sofia, une enceinte de près de 45 000 places, une faction des partisans bulgares ont lâché des cris de singes à l’encontre des joueurs Noirs de l’Angleterre, pendant que d’autres partisans de la Bulgarie, pays très proche de l’Allemagne, s’exclamaient dans des saluts nazis.

Le match contre l’Angleterre a été stoppé à la 28e minute et la première étape du protocole antiracisme de l’Union des associations européennes de football (UEFA) a été lancée, soit :  une annonce publique appelant à l’arrêt des débordements. La deuxième étape de ce protocole aurait voulu que l’arbitre suspende le match pour une période raisonnable de temps, en renvoyant les joueurs des deux équipes dans le vestiaire pour ensuite, au besoin, escalader à la troisième étape et mettre fin définitivement au match. Dans un tel cas, une défaite par forfait sera prononcée contre l’équipe responsable.

Les abus ont tout de même continué après deux arrêts de la partie par l’arbitre croate,  bien qu’il ait été confirmé par la suite qu’il ne s’agissait pas de la deuxième étape du protocole. Les joueurs anglais ont choisi de jouer en seconde mi-temps, où les choses se sont calmées après qu’une grande partie des « ultras » aient été éjectés . Par contre, des chants et des hurlements de singes dirigés contre les joueurs et le personnel de l’Angleterre pouvaient encore être entendus en deuxième mi-temps.

Suite à ces incidents, le président de la Fédération de Bulgarie de football (BFU) Borislav Mihaylov démissionna.

La BFU, affilié depuis 1924 à la FIFA, a été condamnée à une amende de 75 000 euros pour «le comportement raciste de ses partisans et le lancement d’objets» en plus d’ordonner à la BFU, lors des deux prochains matches de compétition de l’Union des associations européennes de football (UEFA) auxquels l’association jouera en tant qu’association organisatrice, d’afficher une bannière avec la mention « NO TO RACISM », agrémentée du logo de l’UEFA.

Piara Powar, chef de la direction du réseau FARE (Football Against Racism in Europe) qui lutte contre le racisme et la discrimination dans le football en Europe, a estimé que la Bulgarie aurait dû être carrément disqualifiée de la compétition. « Nous vous félicitons de la rapidité de cette décision, mais nous sommes déçus que la Bulgarie ne soit pas exclue de la compétition de qualification de l’Euro 2020 compte tenu de son historique et de son incapacité manifeste à résoudre les problèmes auxquels elle est confrontée« , a-t-il déclaré.

Le football européen, comme la politique européenne d’ailleurs, est infiltré par des éléments xénophobes, racistes.  Suite à cette dispute sportive, le manager de l’équipe bulgare, Krasimir Balakov, a déclaré que l’Angleterre avait un problème plus grave encore en matière de racisme. Quant au président de la Fédération anglaise de football (FA), Greg Clarke, il qualifie son expérience de « l’une des nuits les plus épouvantables » qu’il ait jamais vues dans le football.

Mais dans les faits, c’est tout l’édifice qui croule. Durant le match du 7 septembre 2019 entre la Serbie et le Portugal, pour une nouvelle fois, dans l’une des plus anciennes cités d’Europe, des chants racistes ont pu être perçus au stade Rajko Mitić  à Belgrade. Sanction du l’UEFA: les Serbes joueront leurs deux prochaines parties à domicile dans un stade vide. Idem pour un match disputé le 3 octobre 2019 à Rome entre le SS Lazio et le  Stade rennais football club (SRFC), des singeries se font entendre, accompagné de saluts nazis. Et rebelote dans toutes les capitales européennes.

Le président de l’UEFA, Aleksander Ceferin,  donc vice-président de la FIFA en a plein les bras. Il a déclaré dans le sillage de ces événements que la famille du football ainsi que les gouvernements nationaux devaient faire la guerre au racisme.  On est en droit de se demander qu’avec tout ces incidents disgracieux qui ne cessent de se perpétrer sur le vieux continent, utilisent-ils les armes appropriées ou tentent-ils seulement de noyer le poisson?

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyrıght 2019 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share
En continuant sans modifier vos paramètres de cookies, nous supposons que vous acceptez cela.
Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience de notre site.
Ok, J'accepte
Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience de notre site.
En continuant sans modifier vos paramètres de cookies, nous supposons que vous acceptez cela.
OK, j'accepte
Soyez informé!
Inscrivez-vous à notre Newsletter exclusive
Soumettre
Restez informé!
Inscrivez-vous à notre Newsletter exclusive
Soumettre