Avec une économie qui va de l'avant et le soutien de son groupe ethnique, les Temnés, le plus important du pays, M. Koroma devrait devancé le scrutin.

Élection décisive de la Sierra Leone

Ernest Bai Koroma, le quatrième président de la Sierra Leone, tentera de se faire réélire après avoir adopté des politiques qui ont su paver le chemin aux investissements étrangers et aidé le pays à devenir la plus forte croissance économique de l’Afrique subsaharienne.

Avec une économie qui va de l'avant et le soutien de son groupe ethnique, les Temnés, le plus important du pays, M. Koroma devrait devancé le scrutin.

Avec une économie qui va de l’avant et le soutien de son groupe ethnique, les Temnés, le plus important du pays, M. Koroma devrait devancé le scrutin.

Si M. Koroma remporte l’élection, il est très probable qu’il poursuive les programmes mis en place au cours de son premier mandat, avec une emphase sur les infrastructures et l’énergie.

Depuis son arrivée au pouvoir en 2007, M. Koroma a démis plusieurs ministres du gouvernement liés à la corruption, y compris deux de ses ministres mis en accusation pour corruption par la Commission anticorruption de la Sierra Leone.

Depuis son arrivée au pouvoir en 2007, M. Koroma a démis plusieurs ministres du gouvernement liés à la corruption, y compris deux de ses ministres mis en accusation pour corruption par la Commission anticorruption de la Sierra Leone.

L’économie de 2,2 milliards de dollars de la Sierra Leone connaitra une augmentation de 21,3 % cette année et 7,5 % en 2013.  Une plus-value nourrie par les mines de diamants et le minerai de fer basé extirper du riche sous-sol par les miniers Londoniens comme la African Minerals Ltd et la London Mining Plc.

L’ancienne colonie britannique de 6 millions d’âmes qui était une terre pour les esclaves affranchies dès le début des années 1800 a acquis une renommée pendant la guerre civile de 1991-2002 pour les atrocités faites par les rebelles du Revolutionary United Front (RUF) en coupant les mains et les jambes de civils et l’utilisation d’enfants soldats.

Le 26 avril 2012, Charles Taylor, l’ancien président du Liberia voisin, a été reconnu coupable par la Cour pénale internationale pour son rôle dans l’aide aux rebelles en Sierra Leone. Il a été condamné à 50 ans de prison.

M. Koroma, 59 ans, à la tête du All People’s Congress (APC), fait face à huit challengers dont celui du Parti du peuple de Sierra Leone (PPSL), Julius Maada Bio, qui a déjà gouverné le pays. Ancien militaire, il est arrivé au pouvoir par un coup d’État le 16 janvier 1996. Probablement aucun des candidats n’obtiendra 55 % du vote nécessaire pour une victoire au premier tour.

Pendant la campagne électorale, des partisans du SLPP et de l’APC se sont affrontés dans des poches de violence dans l’Est et le Sud du pays. Dix personnes ont été blessées dans la région diamantifère de Kono le 28 octobre et d’autres affrontements ont été signalé dans la ville province méridionale de Bo, le 2 novembre.

La Sierra Leone reste l’un des pays les plus pauvres du monde, se classant 180e sur 187 pays selon l’indice de l’ONU pour le développement sur le développement humain, qui mesure les indicateurs tels que l’espérance de vie et le revenu. À la fin de la guerre civile il y a une décennie, la Sierra Leone était au bas de l’IDH.

Les résultats de l’élection seront annoncés la semaine prochaine.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Share