Des nations africaines s’engagent à fournir eau potable et toilettes à leur population

Un groupe de dirigeants d’Afrique subsaharien se sont engagés à travailler plus fort pour atteindre 325 millions de personnes sur le continent qui vivent sans eau potable et 644 millions autres sans toilettes de base.

Environ 20 pays, dont 14 en Afrique subsaharienne, ont promis de fournir ensemble de leurs citoyens l’accès à l’eau potable, l’assainissement de base et l’hygiène en 2030. Seize dirigeants d’Afrique subsaharienne se sont engagés à éliminer défécation à ciel ouvert dans leur pays d’ici 2030. 10 autres gouvernements d’Afrique subsaharienne ont pris des engagements distincts vers des accès universels.

Les engagements sont venus en tant que représentants de plus de 50 gouvernements se sont réunis à Washington, vendredi 11 avril pour la réunion haut niveau d’Assainissement et eau pour tous (Sanitation and Water for All, SWA), inaugurée par le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon et le président de la Banque mondiale Jim Yong Kim. Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a ouvert la réunion, en annonçant que la crise de l’eau et de l’assainissement retiendra plus d’efforts pour à éradiquer la pauvreté.

À travers le monde, plus de 2,5 milliards de personnes vivent sans installation sanitaire adéquate. Près de 800 millions n’ont toujours pas accès à une source d'eau améliorée protégée des diverses sources de contamination

À travers le monde, plus de 2,5 milliards de personnes vivent sans installation sanitaire adéquate. Près de 800 millions n’ont toujours pas accès à une source d’eau améliorée protégée des diverses sources de contamination

« Il y aura peut-être un coût à l’assainissement de l’eau pour tout, mais cela libérera les gens.  L’accès à uen eau saine signifie un enfant indemne de la maladie, une femme libre de la corvée éreintante de chercher de l’eau, une fille libre d’aller à l’école sans crainte, un village sans choléra, et un monde plus égal et la dignité pour tous », a-t-il dit.

WaterAid, un partenaire fondateur de l’Assainissement et eau pour tous, a accueilli avec contentement tous les engagements.  «WaterAid se félicite des engagements des gouvernements africains lors de la Réunion de haut niveau pour fournir de l’eau potable et un assainissement de base. Ce qui est maintenant crucial sera les actions qui soutiendront ces promesses. Un millier d’enfants en Afrique subsaharienne meurent chaque jour de cette crise sanitaire. L’eau potable, un assainissement de base et le lavage des mains avec du savon peuvent sauver ces vies », a émis Barbara Frost, chef de la direction de WaterAid.

Parmi les engagements concrets :

  •  La Zambie a promis un accès de 75% de sa population à l’eau potable et 60% à des toilettes d’ici 2015. L’eau potable devrait être universelle sur son territoire et 90% à l’assainissement d’ici à 2030;
  •  Le Burkina Faso s’est engagé à apporter de l’eau potable à 4,5 millions de personnes en 2015 et pour répondre défécation en plein air en améliorant l’assainissement pour 3 millions de personnes.
  •  Éthiopie a promis d’avoir 98,5 % de sa population ayant accès à l’eau et à chacun l’accès à un assainissement de base d’ici à 2015.
  • Nigeria a promis de mettre fin à la défécation hasardeuse et réaliser l’accès universel à l’eau et à l’assainissement d’ici 2025.

John Kufuor, l’ancien président ghanéen et président de l’Union africaine de 2007 à 2008, aujourd’hui président de l’Assainissement et eau pour tous, a affirmé aux participants qu’il leur ferait tenir leurs promesses.    « Assainissement et eau pour tous est un mécanisme important pour non seulement apprendre les uns des autres, mais de nous tenir responsables des résultats – des résultats qui profitent aux personnes les plus pauvres et les plus vulnérables », a-t-il insisté.

Les nouvelles données du Programme de surveillance conjoint de l’UNICEF de l’approvisionnement en eau et l’assainissement de l’Organisation mondiale de la santé (Joint Monitoring Programme for Water Supply and Sanitation, JMP) démontre les inégalités massives et croissantes dans l’accès à l’eau potable et des toilettes dans le monde : 748 millions de personnes à l’échelle mondiale sont sans eau potable et 2,5 milliards sans installations sanitaires adéquates.

En Afrique subsaharienne, il reste 325 millions d’individus sont sans eau potable et 644 millions sans assainissement de base. Sur le milliard de personnes dans le monde qui pratiquent encore la défécation à l’air libre, 227 millions se trouvent en Afrique subsaharienne; 9 sur 10 d’entre eux vivent dans les zones rurales. L’eau potable et une hygiène de base peuvent prévenir la maladie et façonner une communauté plus saine et plus productive. Cela peut également prévenir la mortalité infantile, améliorer les taux d’éducation, et prévenir la vulnérabilité qui survient lorsque les femmes et les jeunes filles chargées de la corvée d’eau doivent parcourir de longues distances.

« Cette crise a eu un impact dévastateur sur l’économie, le développement, et les familles de l’Afrique subsaharienne. Mais l’assainissement est maintenant reconnu comme essentiel pour mettre fin à l’extrême pauvreté. Notre défi est d’atteindre les plus démunis, les plus exclus et veiller à ce que le droit de chacun à l’eau soit rencontré. Ces promesses de dons de gouvernements africains sont un grand pas vers la réalisation d’un avenir plus sain et plus prospère pour notre continent », a déclaré Nelson Gomonda, gestionnaire de programme panafricain pour WaterAid.

Au total, les ministres de 44 pays en développement ont commis 265 engagements d’accroître l’accès à l’eau et à l’assainissement, des promesses pour remédier aux inégalités massives dans l’accès, chez les résidents urbains et ruraux, riches et pauvres, et entre les groupes ethniques et les régions.

Nouvelles similaires

  1. Klaus Moyse
    Avr 18, 2014 - 11:30

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Share