Le 27 avril 2013, Cécile Kashetu Kyenge est nommée ministre pour l'Intégration, sans portefeuille, du gouvernement de grande coalition d'Enrico Letta. Elle devient alors la première ministre d'origine africaine à entrer dans l'exécutif italien.

Des bananes lancées sur la ministre italienne Cécile Kyenge

La première femme ministre noire d’Italie, Cécile Kyenge, a été la cible de plusieurs insultes et d’attaques racistes depuis sa nomination en tant que ministre de l’Intégration du pays en avril 2013. Vendredi, alors qu’elle se prononçait devant un auditoire dans la ville de Cervia, des bananes ont eté lancées vers la native du Congo-Kinshasa.

Reuters rapporte que bien que les bananes ont manqué leur cible. Mme Kyenge a réagi sur Twitter en affirmant que ce comportement était « fâcheux », tout en soulignant ironiquement le gaspillage de nourriture au milieu d’une crise économique.

Le 27 avril 2013, Cécile Kashetu Kyenge est nommée ministre pour l’Intégration, sans portefeuille, du gouvernement de grande coalition d’Enrico Letta. Elle devient alors la première ministre d’origine africaine à entrer dans l’exécutif italien.

Mme Kyenge, une chirurgienne spécialisée dans les maladies de l’œil a ajouté : « Le courage et l’optimisme pour changer les choses doivent venir du bas pour atteindre la hauteur des institutions. »

L’attaque a suscité une condamnation des politiciens traditionnels, ses collègues dans le gouvernement du premier ministre Enrico Letta, et les médias. Selon le Telegraph, un politicien sympathisant a déclaré que le comportement de l’aile d’extrême droite apporte la honte au pays.

Le maire de Rome, Gianni Alemanno, a déclaré: « Un autre geste honteux et scandaleux » en solidarité avec la ministre Kyenge « Maintenant, nous allons tout simplement isoler les idiots. » Le ministre de l’Environnement Andrea Orlando a exprimé l’indignation au geste de « bas étage », tandis que la ministre de l’Éducation Maria Chiara Carrozza a salué le courage et la détermination de Cécile Kyenge face à l’hostilité.

[pullquote_right] L’augmentation de l’immigration, notamment en provenance de l’Afrique du Nord, a été accompagnée par la montée des sentiments racistes dans le pays qui est une des principales « portes d’entrée » de l’Europe pour les immigrants.[/pullquote_right]Luca Zaia, de la Ligue du Nord, un parti étiqueté de populiste, voire xénophobe, qui doit faire face à Kyenge dans un débat sur l’immigration en août, a également critiqué l’acte, en disant : « Lancer des bananes, des insultes personnelles… Des actes comme ceux-ci ne jouent aucun rôle dans un débat civilisé et démocratique nécessaire entre la ministre et ceux qui ne partagent pas son avis. »

Cécile Kyenge une femme de 48 ans née dans la République démocratique du Congo, s’installe en Italie à 18 ans. Sa nomination au poste de ministre de l’Intégration, la campagne pour les droits des immigrants et les efforts pour leur faciliter l’accès à la nationalité italienne a provoqué la colère de l’extrême droite.

Depuis qu’elle s’est jointe au Gouvernement Letta, Cécile Kyenge a fait face à l’hostilité constante et les menaces des membres de groupes d’extrême droite.

Le mois dernier, un conseiller de la Ligue du Nord a déclaré qu’il souhaitait que la ministre soit violée afin qu’elle comprenne comment les victimes de crimes commis par les immigrés se sentaient. Le conseiller aurait reçu une peine de prison avec sursis et une interdiction temporaire d’exercer une fonction publique.

Et maintenant des protestants membres d’un autre groupe d’extrêmes droites ont placé des mannequins recouverts de faux sang sur le site où les bananes ont été jetées. L’action était en protestation de sa proposition visant à étendre la citoyenneté italienne pour toutes les personnes nées sur le sol italien. Politique adopté notamment par le Canada et les États-Unis.

Les manifestants ont également publié des tracts qui débitent : « L’Immigration tue », un slogan qui a été utilisé dans le passé, en référence à des meurtres qui auraient été commis par des immigrés.

Le 13 juillet 2013, Roberto Calderoli, un politicien, ex-Vice-président du Sénat italien et leader du mouvement antiimmigration, a comparé Cécile Kyenge à un orang-outan. Le politique qui est également médecin est ouvertement antimusulman, il déclara : « J’aime l es animaux, les ours et les loups… mais quand je vois des photos de Kyenge, je ne peux pas m’empêcher de penser, même si je ne dis pas qu’elle en est une, d’une ressemblance avec un orang-outan. ». Suite à de vives critiques, il a ensuite appelé Kyenge et s’est excusé.

La police italienne a officiellement lancé une enquête sur l’incident des jets de bananes.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Share