La réforme vise à faire disparaître le passé colonial britannique du pays. Le Swaziland fut un protectorat britannique de 1871 jusqu'à son indépendance le 6 septembre 1968. Il était dirigé par le roi Sobhuza II, qui suspendit la constitution en 1973 parce qu'il pensait que le pacte colonial ne reflétait pas la volonté du peuple. Depuis lors, le roi jouit d'un pouvoir absolu. Son fils, le roi actuel, a régné depuis 1986, en supprimant toute tentative de démocratie multipartite.

Décolonisation : le Swaziland revient à son nom d’origine

Le Swaziland n’est plus. L’État africain, situé entre le Mozambique et L’Afrique du Sud, plus petit que les Fidji ou Haïti, sera désormais figé dans les mappemondes comme le Royaume d’eSwatini (Kingdom of eSwatini).

La réforme vise à faire disparaître le passé colonial britannique du pays. Le Swaziland fut un protectorat britannique de 1871 jusqu'à son indépendance le 6 septembre 1968. Il était dirigé par le roi Sobhuza II, qui suspendit la constitution en 1973 parce qu'il pensait que le pacte colonial ne reflétait pas la volonté du peuple. Depuis lors, le roi jouit d'un pouvoir absolu. Son fils, le roi actuel, a régné depuis 1986, en supprimant toute tentative de démocratie multipartite.

La réforme vise à faire disparaître le passé colonial britannique du pays. Le Swaziland fut un protectorat britannique de 1871 jusqu’à son indépendance le 6 septembre 1968. Il était dirigé par le roi Sobhuza II, qui suspendit la constitution en 1973 parce qu’il pensait que le pacte colonial ne reflétait pas la volonté du peuple. Depuis lors, le roi jouit d’un pouvoir absolu. Son fils Mswati III, le roi actuel, a régné depuis 1986, en supprimant toute tentative de démocratie multipartite.

Pour marquer les cinquante ans d’indépendance du pays des Britanniques le 6 septembre 1968, le roi Mswati III, qui célébrait également son cinquantième anniversaire,  a annoncé ce 19 avril 2018 que le Swaziland, un nom combiné, anglicisé du nom de son peuple, les Swazis, et le mot terre,  serait désormais connu sous le nom d’eSwatini. eSwatini est le mot approprié pour représenter la langue et les gens du pays qui recueille près d’un million et un tiers d’âmes.

« Je voudrais annoncer que le Swaziland va maintenant revenir à son nom d’origine », a déclaré le roi africain.

Les célébrations d’anniversaire du roi ont été marquées par de rares protestations à Mbabane, capitale du pays. Pas plus tard que le 13 avril dernier, la police a tiré des balles en caoutchouc sur près de 2.000 personnes qui ont défilé contre la dilapidation des fonds publics sur les célébrations pour le double jubilé, malgré une fortune personnelle du roi aux quinze épouses, le dernier monarque absolu d’Afrique subsaharienne, estimé à 200 USD.

La police a affronté les manifestants, dont certains ont brûlé des pneus et bloqué des routes, alors qu’ils se rendaient au bureau du premier ministre pour présenter une pétition. Les médias locaux ont affirmé que le gouvernement du Swaziland avait acheté une flotte de luxueuses BMW pour l’occasion, ce que les autorités ont nié.  Par contre, on connait au roi Mswati III treize palais, un jet privé, des flottes de voitures Mercedes et BMW et au moins une Rolls Royce, tandis que la majorité de ses sujets comptent sur une certaine forme d’aide alimentaire pour éviter la faim. Sept eSwatinis sur dix vivent dans une pauvreté abjecte avec des revenus inférieurs à deux dollars par jour, mais depuis 2000, le Royaume du Swaziland met en œuvre un plan de réduction de la pauvreté. Certains objectifs comprennent l’accès à l’eau à tous les ménages ruraux et l’octroi aux femmes des mêmes droits sur leurs terres que les hommes.

Et parce que le Royaume d’eSwatini est une monarchie absolue, il semble avoir été facile pour le pays d’enclencher un changement aussi important. Bien qu’existants, les Partis politiques y sont reconnus comme de commodes associations et les magistrats ne peuvent scruter la monarchie dans l’exercice de leur fonction.

Maintenant, le monde attendra et verra à quelle vitesse les cartes, les signes et les ambassades devront suivre le Décret royal du roi Mswati III. À l’instant où cet article est rédigé (22 avril 2018), ni Bing, ni Google Maps,  n’ont encore suivi le changement.

Nouvelles similaires

  1. Anonyme
    Avr 24, 2018 - 07:18

    ESwatini Forev–!!! Oups! Je me suis trompé de cri de guerre.

    Répondre

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share
Soyez informé!
Inscrivez-vous à notre Newsletter exclusive
Soumettre
Restez informé!
Inscrivez-vous à notre Newsletter exclusive
Soumettre