Les Rizeigat, ou Rizigat, ou Rezeigat, sont une tribu arabe à majorité musulmane et rattachée au peuple bédouin des Baggara, et au groupe des Juhayna.

Affrontements mortels entre des soldats du sud Soudan et des tribus arabes au Darfour

Les Rizeigat, ou Rizigat, ou Rezeigat, sont une tribu arabe à majorité musulmane et rattachée au peuple bédouin des Baggara, et au groupe des Juhayna.

Les Rizeigat, ou Rizigat, ou Rezeigat, sont une tribu arabe à majorité musulmane et rattachée au peuple bédouin des Baggara, et au groupe des Juhayna.


KHARTOUM, Soudan – Des affrontements entre des soldats du sud Soudan et des tribus arabes au Darfour ont tués 58 personnes, faisant monter la tension le long de la frontière avec le nord du pays, selon les autorités dimanche.

Ces violences surviennent au moment où les Soudanais sont en attente des résultats des premières élections législatives, régionales et présidentielles, depuis 1986. Mais, personne n’a fait le lien entre le scrutin et les combats à la frontière du Darfour et du Sud-Soudan.

Muhammad Eissa Aliu, un chef de file de la tribu Rizeigat au Darfour Sud, a déclaré que sa tribu a combattu avec l’Armée populaire de libération du Soudan (SPLA), l’armée du Sud-Soudan.

Les Rizeigat, ou Rizigat, ou Rezeigat, sont une tribu arabe à majorité musulmane et rattachée au peuple bédouin des Baggara, et au groupe des Juhayna. Ils sont surtout présents dans la région soudanaise du Darfour, mais également au Tchad voisin.

« Je ne peux pas vous dire qui a attaqué qui, le premier », dit-il. « C’est arrivé le vendredi et les personnes tuées de la tribu Rizeigat sont au nombre de 58 en plus des 85 blessés. » Il ajoute que les combats sont survenus à Balballa, dans le sud du Darfour, à la frontière Ouest de Bahr al-Ghazal.

L’armée sud a dit qu’il était attaqué par l’armée du Nord à Raja, une partie reculée de l’ouest de Bahr al-Ghazal, près du lieu où au moins cinq membres du Parti du congrès national (NCP)  et quatre autres personnes ont été tués par un soldat du sud pendant les élection  de ce mois-ci.

Un porte-parole de l’armée du Nord a démenti toute implication, mais a dit que l’armée du sud a attaqué les Rizeigat au Darfour, violant l’accord de paix.

L’accord de 2005 a mis fin à plus de deux décennies de guerre civile,  avec un bilan de deux millions de morts. Ce pacte a permis aux gens du sud d’avoir une armée séparée et former un gouvernement semi-autonome. Les sudistes se prononceront sur l’indépendance dans un prochain référendum au mois de janvier 2011.

Le gouvernement semi-autonome du Sud et les autorités de Khartoum se sont cependant longtemps opposés sur la façon dont ce scrutin devait se dérouler, alors que les tensions demeurent vives entre le Nord et le Sud.

« Nous avons décidé que la participation devra être des deux tiers  » pour que le résultat soit valable, a dit M. Machar, précisant que l’indépendance serait octroyée si cette option recueille 50 % des voix plus une.

Des membres du Parti du congrès national (NCP), formation du président Omar el-Béchir qui détient la majorité des sièges dans le gouvernement d’union nationale avec les ex-rebelles sudistes, voulaient fixer à 75 % des voix le seuil minimal permettant l’indépendance.

Après 20 ans de guerre contre Khartoum, le Sud Soudan abandonné par le nord après une tentative d’islamisation qui a été un échec est aujourd’hui une région aujourd’hui semi-autonome. Infrastructures, santé, éducation, tout manque dans ce sud pourtant potentiellement très riche puisqu’il abrite une grande partie des réserves pétrolières du Soudan. Le pétrole : un enjeu majeur qui pourrait rendre la séparation délicate.

httpv://www.youtube.com/watch?v=C6qYtyF8-Yc

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Share