Martin Luther King Jr

Le plus jeune lauréat du Prix Nobel de la paix, le Dr. Martin Luther King Jr.

 

À partir de 1965, Martin Luther King commence à exprimer ses doutes sur le rôle des États-Unis dans la Guerre du Viêt Nam. Le 4 avril 1967, un an avant sa mort, il fait à New-York le discours « Au-delà du Viêt Nam : le moment de briser le silence ». Il y dénonce l'attitude des États-Unis au Viêt Nam et insiste sur le fait « qu'ils occupent le pays comme une colonie américaine » et appelle le gouvernement américain « le plus grand fournisseur de violence dans le monde aujourd'hui ».

À partir de 1965, Martin Luther King commence à exprimer ses doutes sur le rôle des États-Unis dans la Guerre du Viêt Nam. Le 4 avril 1967, un an avant sa mort, il fait à New-York le discours « Au-delà du Viêt Nam : le moment de briser le silence ». Il y dénonce l'attitude des États-Unis au Viêt Nam et insiste sur le fait « qu'ils occupent le pays comme une colonie américaine » et appelle le gouvernement américain « le plus grand fournisseur de violence dans le monde aujourd'hui ».

Martin Luther King, Jr. était un pasteur baptiste afro-américain né à Atlanta (États-Unis) le 15 janvier 1929 et mort assassiné le 4 avril 1968 à Memphis.

Il est le fils du pasteur baptiste Martin Luther King Sr. et d’Alberta Williams King.

Militant non violent pour les droits civiques des Noirs aux États-Unis, pour la paix et contre la pauvreté, il organise et dirige des actions tel le Boycott des bus de Montgomery pour défendre le droit de vote, la déségrégation et l’emploi des minorités. Il prononce un discours célèbre le 28 août 1963 devant le Lincoln Memorial à Washington durant la marche pour l’emploi et la liberté : « I have a dream » (J’ai un rêve). Il est soutenu par John F. Kennedy dans la lutte contre la discrimination raciale ; la plupart de ces droits seront promus par le « Civil Rights Act » et le « Voting Rights Act » sous la présidence de Lyndon B. Johnson.

Aux États-Unis le Civil Rights Act (plusieurs lois américaines portent ce nom) du 2 juillet 1964, signé par le président des États-Unis, Lyndon Baines Johnson, a déclaré illégale la discrimination reposant sur la race, la couleur, la religion, le sexe, ou l’origine nationale. Il était conçu au départ pour protéger les droits des Afro-américains.

Martin Luther King devient le plus jeune lauréat du prix Nobel de la paix en 1964 pour sa lutte non violente contre la ségrégation raciale et pour la paix. Il commence alors une campagne contre la guerre du Viêt Nam et la pauvreté, qui prend fin en 1968 avec son assassinat officiellement attribué à James Earl Ray, dont la culpabilité et la participation à un complot sont toujours débattues.

Martin grandit au sein de l’Amérique ségrégationniste (La ségrégation raciale est la séparation physique des personnes de couleurs différentes). Sa première expérience de la ségrégation raciale date de ses six ans quand deux camarades de jeu blancs lui disent qu’ils ne sont plus autorisés à jouer avec lui. Sa mère lui explique que c’est parce qu’ils sont maintenant dans des écoles ségrégationnistes blanches.

Il entre à l’âge de 15 ans à Morehouse College, une université réservée aux garçons noirs, après avoir sauté deux années de lycée. Il en sort avec le diplôme de Bachelor of Arts en sociologie le 20 juin 1948 et rentre au Crozer Theological Seminary pour un Bachelor of Divinity à Chester (Pennsylvanie) — qui correspond à une licence en théologie — qu’il obtient le 12 mai 1951. Il reçoit un Doctor of Philosophy de l’Université de Boston le 18 juin 1955.

Il épouse, le 18 juin 1953, Coretta Scott, qui prendra son nom pour devenir Coretta Scott King. Ils ont quatre enfants : Yolanda, née en 1955, Martin Luther King III, né en 1957, Dexter Scott, né en 1961, et Bernice, née en 1963.

La même année, Martin Luther King devient le pasteur de l’église baptiste de l’avenue Dexter à Montgomery (Alabama). Le sud des États-Unis est à cette époque marqué par les violences commises contre les noirs, culminant en 1955 avec le meurtre raciste de Emmett Till, un adolescent de 14 ans, du pasteur activiste George W. Lee et du militant des droits civiques Lamar Smith.

You don't have a sufficient version of Flash Player to display this animation.

Le 1er décembre 1955, lorsque Rosa Parks, une femme noire, est arrêtée pour avoir violé les lois ségrégationnistes de la ville en refusant de céder sa place à un homme blanc, il mène le boycott des bus de Montgomery avec l’aide du pasteur Ralph Abernathy et d’Edgar Nixon, directeur local du National Association for the Advancement of Colored People.

En 1957, il joue un rôle capital dans la fondation de la Southern Christian Leadership Conference (SCLC, « Conférence des dirigeants chrétiens du Sud »), dont il est élu président et le reste jusqu’à sa mort.

La SCLC participe activement au Mouvement pour les Droits Civiques en organisant les églises afro-américaines pour conduire des protestations non violentes. Martin Luther adhère à la philosophie de désobéissance civile non-violente comme décrite par Henry David Thoreau et utilisée avec succès en Inde par Gandhi.

Alors qu’il signe des exemplaires de son livre dans un magasin à Harlem le 20 septembre 1958, il est poignardé à la poitrine par Izola Curry, une femme noire qui l’accuse d’être un chef communiste et qui sera jugée comme déséquilibrée. Martin Luther King échappe de peu à la mort, la lame du coupe-papier utilisé ayant frôlé l’aorte. Martin Luther pardonne à son agresseur et dans une déclaration à la presse souligne la violence de la société américaine :

« L’aspect pathétique de cette expérience n’est pas la blessure d’un individu. Il démontre qu’un climat de haine et d’amertume imprègne tellement notre nation que des accès d’extrême violence doivent surgir inévitablement. Aujourd’hui c’est moi. Demain cela pourrait être un autre dirigeant ou n’importe quel homme, femme ou enfant qui sera victime de l’anarchie et de la brutalité. J’espère que cette expérience se révèlera socialement constructive en démontrant le besoin urgent de la non-violence pour gouverner les affaires des hommes. »

En 1959, il écrit le livre The Measure of A Man (La Mesure d’un homme), une tentative de dépeindre une structure optimale de société politique, sociale et économique, duquel la pièce What is Man? (Qu’est ce qu’un homme ?) est tirée.

Pages : 1 2

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share