Le Carnaval a toujours pour effet d’affaiblir l’inhibition des participants

Montréal bat au rythme de la 39e Carifiesta

Samedi, 5 juillet 2014 à l’heure du dîner, le centre-ville montréalais s’est vidé des automobiles et autobus pour faire place à la centaine de milliers de curieux pour le défilé annuel de la Carifiesta. Le « Jump up » comme l’appellent les plus anciens est un hommage à la culture antillaise très présente dans la métropole québécoise.

Le Carnaval a toujours pour effet d’affaiblir l’inhibition des participants

Le Carnaval a toujours pour effet de réduire l’inhibition des participants

C’est sous un soleil présent, mais sans être pesant que les carnavaliers ont défilé pour exhiber leurs couleurs et cultures à travers le parcours, rue Sainte-Catherine.

De nombreux touristes, armés de caméra et de smartphones, alignent attentivement sur les trottoirs, jouaient les voyeurs du spectacle hors commun.

Anime et surtout colore, les gens ont pu profiter au maximum des musiques thématiques pousser à fond la caisse par les multiples chars allégoriques qui roulaient « adagio ». La foule vibrait passionnément. Les frottements charnels étaient communs.

Triste chose, cette année, il fallait faire son choix dans ce court été nordique. Les organisateurs ont choisi la même date pour le Jamaica Day (la journée de la Jamaïque). Un rassemblement quasi mythique pour quelques-uns. Ce happening regroupe une foule similaire, sinon identique, tout aussi éclatante et exaltée.

Les forces policières ont choisi la vigilance pour ceinturer la parade antillaise.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Share