Lancement des Journées Africaines 2018 à l'espace Mushagalusa

Montréal: Lancement des Journées Africaines 2018

Vendredi 25 mai 2018, l’espace Mushagalusa, une galerie d’art, un centre culturel cher aux communautés africaines montréalaises, annonçait pour une toute première fois les deux journées qui seront consacrées au rayonnement de la culture africaine. Les Journées Africaines 2018 tenues à l’Écomusée du fier monde du 26 au 27 mai 2018 auront pour thème: Regard vers l’avenir.

Guy Mushagalusa

Guy Mushagalusa

Cette initiative du Centre Africa, une création en 1988 des Missionnaires d’Afrique (Pères Blancs), un partenaire important de l’espace Mushagalusa depuis plusieurs années qui, « bon vent, mauvais vent » comme nous annonce notre hôte Guy Mushagalusa, travaille de concert avec cet espace sur différents projets culturels.

Plus qu’un honneur, une marque de reconnaissance pour Guy Mushagalusa  qui donc ravi, exulté, prêtait son espace au lancement des 14e Journées Africaines portées par le Centre Africa. Cette gratitude resplendissait dans un menu chaleureux, surtout généreux, offert par la maison et irradiait d’une pleine gaité et de réjouissances le 533 Ontario Est.

« On voulait souligner dans ce lancement la mémoire d’un de nos disparus, Guy Amou qui était un pilier des Journées Africaines.» nous confie M. Mushagalusa en plus d’émettre de soutenus remerciement à l’équipe du Centre Africa.

Guy Vignon Amou, un écrivain d’origine togolaise, un scientifique, quelqu’un qui était à la fois socialement et communautairement très impliqué, s’est éteint à l’âge de 59 ans, le 18 janvier dernier, laissant dans le deuil sa femme Thi Huu Hanh Pham, présente à ce lancement.

Serge St-Arneault, prêtre-missionnaire , directeur du Centre Africa, « un Noir de race Blanche » blagua-t-il, qui a vécu des dizaines d’années au Malawi, au Congo et en Zambie, assure un rôle d’observateur en tant que nouveau membre dans l’organisation (depuis le mois d’août dernier) qui accompagne toutes personnes liées au monde africain dans son intégration québécoise.

Sans retard, il faut bien le souligner, dans cette soirée bien rodée, vers 18 h 15, la chanteuse griotte Djély Tapa accompagnée de deux hardis musiciens engageait agréablement la foule d’une soixantaine d’âmes, de sa voix ardente avant les discours officiels de Guy Mushagalusa, Serge St-Arneault, et Jean-François Bégin, coordonnateur au Centre Africa qui a su éclaircir les racines de cette journée. « Il y a la vie après la vie. Guy nous a laissé un héritage et on avait le goût de le souligner. » tenait-il à discourir.

Alors au menu des deux journées à l’Écomusée du fier monde: « Découvertes, ouvertures, rapprochement » laisse entendre Réné Binette, directeur de l’Écomusée dans un communiqué.

Samedi vous pourrez, en plus d’autres activités (Atelier de henné, danse africaine avec Fodé Bamab et Daradji, Capoiera)  assister aux prestations de Sanza Percussions qui vous fera vibrer avant que dimanche 27 mai, les peintres de Réminiscence vous fassent voir la profondeur de leur talent avec une exposition d’arts visuels.

Entrée libre pour tous pour les Journées Africaines 2018 supportées par la Ville de Montréal et le Gouvernement du Québec

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share
Soyez informé!
Inscrivez-vous à notre Newsletter exclusive
Soumettre
Restez informé!
Inscrivez-vous à notre Newsletter exclusive
Soumettre