Selon des câbles de Wikileaks, en 2010 Karim Wade est surnommé « Monsieur 15 % » alors qu'au début de 2007, on l'appelait, « Monsieur, 10 % »

Karim Wade, fils de l’ancien président sénégalais, face à la Justice

On pouvait lire plus tôt, qu’un mandat d’arrêt international avait été émis par gouvernement sénégalais contre le fils de l’ex-président Wade, Karim Wade, concernant des centaines de millions de dollars qu’il aurait escroqué pendant l’ère Wade. Il n’en est rien parce que la Cour de répression contre l’enrichissement illicite qui doit procéder l’affaire, n’est toujours pas encore officiellement installée.

Selon des câbles de Wikileaks, en 2010 Karim Wade est surnommé « Monsieur 15 % » alors qu'au début de 2007, on l'appelait, « Monsieur, 10 % »

Selon des câbles de Wikileaks, en 2010 Karim Wade est surnommé « Monsieur 15 % » alors qu’au début de 2007, on l’appelait, « Monsieur, 10 % »

L’émission d’un tel mandat indique que l’accusé ne coopère pas alors que Karim se dit disposé à participer aux procédures judiciaires.

Karim Wade est suspecté d’avoir délesté des millions de dollars quand il a servi de façon discontinue le ministère de la Coopération internationale, des transports aériens, des infrastructures et de l’énergie entre 2009 et 2012.

Il y a trois mois avec l’alternance du pouvoir par Macky Sall après les 12 ans du régime d’Abdoulaye Wade, Wade-fils a fait face à une audience préliminaire devant le tribunal concernant la prétendue richesse mal acquise qu’il a amassée à partir de ces ministères.

Une source a déclaré que les audiences qui ont eu lieu le 3 et 5 juillet 2012 ont permis de découvrir des comptes bancaires totalisant plus de 15 millions de dollars appartenant à Karim Wade.

Les enquêteurs militaires allèguent que Karim Wade a acquis frauduleusement cet argent lors de ces fonctions en tant que ministre du Transport aérien.

Mais l’ancien ministre de la Jeunesse a affirmé aux enquêteurs que ces montants lui ont été offerts par son père, l’ex-président Wade.

Le ministre sénégalais de la Justice a quant à lui insisté sur le fait que Karim Wade aurait à s’exprimer clairement sur la provenance de l’argent quand il fera face à la cour lors de sa parution ou il devra faire face à une peine d’emprisonnement.

L’ancien ministre est également accusé de plusieurs autres malversations financières, dont l’achat d’un jet privé.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share