Au cours des douze derniers mois, le marché africain a vu naitre des dizaines de points de vente de Bitcoin et autres cryptomonnaies qui fournissent de nouveaux services de négociation aux consommateurs africains parallèlement au système bancaire déficient.

La fièvre du Bitcoin et autres cryptomonnaies s’empare de l’Afrique

Créé depuis 2009, c’est en 2017 que les cryptomonnaies, avec en tête le Bitcoin, se sont immiscées de façon importante dans l’espace public. Décentralisées, sans contrôle bancaire, ces nouvelles monnaies virtuelles sortent maintenant de la marginalité et gagne en respectabilité alors que l’argent papier, frénétiquement imprimé  de manière subversive, perd en crédibilité.

Au cours des douze derniers mois, le marché africain a vu naitre des dizaines de points de vente de Bitcoin et autres cryptomonnaies qui fournissent de nouveaux services de négociation aux consommateurs africains parallèlement au système bancaire déficient.

Au cours des douze derniers mois, le marché africain a vu naitre des dizaines de points de vente de Bitcoin et autres cryptomonnaies qui fournissent de nouveaux services de négociation aux consommateurs africains parallèlement au système bancaire déficient.

Des plus de mille cryptomonnaies qui ont submergé le marché jusqu’à nos jours,  dix-sept ont une capitalisation de plus de 1 milliard de dollars, quatre-vingt-sept de plus d’un million et le Bitcoin domine avec 56% de cet espace. Si nous avions tous acheté 10 $ de Bitcoin il y a cinq ans nous serions tous millionnaires.

Armés d’un téléphone intelligent, les Africains milléniaux plongent désormais dans un nouvel écosystème économique en plein essor qui ne discrimine en rien.

En Afrique du Sud, le Bitcoin connaît une croissance exponentielle.  200.000 à 300.000 Sud-Africains transigeraient en monnaie virtuelle.  Si on se fit aux chiffres de Google, c’est au pays de Mandela que le Bitcoin attire le plus d’attention dans le monde. Des sites comme LocalBitcoins.com annonce des chiffres grandissants dans l’adoption de cette monnaie au Nigeria, Kenya et en Afrique du Sud.

La reconnaissance de l’impact du Bitcoin sur sa population se matérialise avec l’acceptation d’acquitter les frais d’admission de l’Université sud-africaine d’affaire Red & Yellow en Bitcoin. « La réalité est que Bitcoin est là pour rester et avec de nombreux jeunes qui ont fait un bon retour sur leur investissement dans les cryptomonnaies. Maintenant ils veulent utiliser cet argent numérique pour investir dans leur éducation. Ce sont exactement ces étudiants que nous voulons, les plus avant-gardistes, parce qu’ils seront les chefs d’entreprise de demain. » émets Rob Stokes, président du conseil d’administration de l’Université.

Du côté de la population générale, la cryptomonnaie bouleverse également les habitudes. A Kampala, en Ouganda, Peace Akware, s’est converti aux cryptos.  Malgré ses hautes études terminées, la femme de trente ans n’a pu trouver un emploi valorisant ses compétences dans un milieu ou la débrouillardise économique prime. Après avoir trempé dans le vêtement et le prêt, l’investissement dans la monnaie virtuelle fut une réussite.

Ce ne sont pas seulement ceux qui espèrent devenir riches rapidement qui se lancent dans l’action. Dans certaines parties du continent – en particulier les centres commerciaux comme Lagos, Nairobi et Johannesburg – un nombre croissant de personnes trouvent que les cryptomonnaies offrent une solution moins coûteuse à un problème coûteux – le transfert de fonds à travers les frontières.

Avec les entreprises traditionnelles de transfert de fonds comme Western Union, lorsque vous transférez de l’argent au départ, il passe de votre monnaie locale en dollars, puis de l’autre côté, il reçoit des dollars qui sont ensuite convertis en monnaie locale.  Beaucoup d’argent s’évapore dans cette conversion. Les cryptos, comme le Bitcon, le Litcoin ou l’Éthereum, passent sans être convertis et surtout sans l’intervention d’une improductive banque.

Une société appelée BitPesa fonctionne comme une société de transfert de fonds, transférant de l’argent à travers les frontières, mais au lieu d’utiliser un support comme le dollar américain, ils ont opté pour le Bitcoin.

Au Nigeria, lorsque le gouvernement a contrôlé l’accès au dollar américain pendant une crise financière, le Bitcoin a facilité le transfert d’argent aux entreprises, ce qui a accru l’intérêt pour les cryptomonnaies dans le pays.

Dans des endroits comme le Zimbabwe, où il y a eu une instabilité politique et économique, le Bitcoin est devenu un lieu où stocker de la valeur, acheter des biens et des services de l’étranger et, surtout, un moyen de transfert de richesse.

Non seulement les cryptos permettent d’échanger sur de nouvelles bases, son adoption par de gros joueurs fait rayonner d’autres possibilités pour ses adhérents, et ce, partout dans le monde. Aujourd’hui même, ce mercredi 19 janvier 2018, le géant Microsoft annonçait qu’il accepterait de nouveau le paiement par Bitcoin sur ses plateformes Windows et sa boutique en ligne Xbox.

Évidemment, les banques grincent des dents devant ce déconcertant nouveau concurrent.  La Communauté de l’Afrique de l’Est (CAE), une Communauté de l’Afrique de l’Est (CAE), est une organisation intergouvernementale de banque centrale composée de six pays d’Afrique de l’Est. Le groupe espère créer une monnaie unique, mais les membres croient que « l’intérêt du Bitcoin » en Afrique entrave le processus. Les avertissements concernant le Bitcoin ont donc émané de banques centrales comme la Banque de Tanzanie, le Kenya et d’autres régions au cours des derniers mois.

Les fonds étrangers représentent plus de 90% des dépôts et des prêts en République démocratique du Congo. La création d’une cryptomonnaie, bien africaine, pourrait bien être la solution à ce problème puisque la technologie est open source, ouverte à tous. Les récents déboires du franc CFA, une monnaie coloniale toujours bien vivante en Afrique, pointent également dans ce sens. Une monnaie virtuelle africaine pallierait au prix enflé du Bitcoin sur le continent noir du à son extrême demande et permettrait d’unifier les marchés. Certain ont déjà vu le jour comme le NuruCoin, le Sureremit et le premier né du continent, le controversé PipCoin.

Clairement, avec le système bancaire déjà imparfait, très désuet même à son meilleur, provoquant beaucoup de frustrations en Afrique, profitant outrageusement à une élite déconnectée, l’alternative devient un impératif.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share