Enseignant en "Géostratégie Africaine" à l'Institut Supérieur de Management ISMA de Douala au Cameroun et directeur de l'Institut d'Etudes Géostratégiques de Genève-Douala-Tianjin

Lors du sommet social du 10 mai 2010, alors que la dette publique de la France dépasse les 80 % du PIB, Nicolas Sarkozy annonce son intention de « redresser les finances publiques », un objectif qui était déjà celui de son gouvernement « avant la crise financière ». Le 26 juin suivant, à l'occasion du G20 de Toronto, il manifeste son opposition à un plan de rigueur sévère en France et en Allemagne, se prononçant pour des ajustements budgétaires « progressifs » à partir de 2011, avec « pas trop d'impôts ».

Au revoir Sarkozy

La malédiction de Kadhafi est en train frapper. Nicolas Sarkozy est en train de perdre les pieds en l'air les élections présidentielles françaises. Hier 22/4, pour la première fois dans...

Mario Monti n'appartient formellement à aucun parti politique. En novembre 2011, il est nommé sénateur à vie. Le 13 novembre, au lendemain de la démission du président du Conseil Silvio Berlusconi, le chef de l'État le charge de former un gouvernement, ce qu'il accepte.

Qui a parlé de démocratie?

Mario Monti a prêté serment comme Président du Conseil Italien, en remplacement de Silvio Berlusconi. En Grèce, devant la crise économique et financière du pays, là-bas aussi on a mis entre...

Share